Angers se fait remettre sur le nez le bureau des aînés

Michel Angers s'est fait rappeler à la dernière...

Agrandir

Michel Angers s'est fait rappeler à la dernière séance publique du conseil municipal de Shawinigan sa promesse de créer un bureau des aînés.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) André Grosleau, un habitué des séances publiques du conseil municipal de Shawinigan, a sorti un lapin de son chapeau lors de l'assemblée du 24 janvier, en demandant au maire où en était son engagement de créer un bureau des aînés.

Michel Angers avait lancé ce projet en campagne électorale, le 8 octobre... 2009. 

«Si je suis élu, je créerai un bureau de aînés, une interface avec le conseil municipal», déclarait-il à ce moment. «Quand on compte autant d'aînés sur un territoire, il me semble qu'il leur faut un accès direct et privilégié au bureau du maire.»

Certains avaient qualifié cette promesse de racoleuse. L'un de ses adversaires, Yves Duhaime, s'en était moqué. Au fil des mois, puis des années, M. Angers a toujours prétendu que ce dossier cheminait ou qu'il était sur le point de se concrétiser. Or, au crépuscule de son deuxième mandat, le bureau des aînés est pratiquement tombé dans l'oubli du public.

M. Grosleau ne trouvait pas l'idée si farfelue. «Ce serait intéressant, pour nos aînés, d'avoir un point de repère», fait-il remarquer. «Était-ce vraiment sérieux ou s'agissait-il simplement d'un énoncé à saveur électorale?»

Le maire s'est défendu en mentionnant que la démarche en cours de Municipalité amie des aînés permettrait sans doute de répondre aux besoins de ces personnes. Par contre, si les actions ne satisfont pas les principaux concernés, la Ville pourrait toujours créer ce bureau des aînés, prévoit M. Angers.

«Mon objectif était simple, c'était de donner une voie privilégiée à nos aînés, s'assurer que les divers regroupements ou associations aient une voie directe à l'hôtel de ville», commente le maire. «On va analyser et si les organisations trouvent que ce qu'on propose n'est pas suffisant, on va trouver une façon de les satisfaire.»

En plus de la démarche MADA, le Comité d'orientation et de mobilisation des partenaires locaux dans l'intervention des communautés de l'Énergie (COMPLICE), la Politique de développement social et la Politique municipale de la famille et des aînés se sont ajoutés comme lieux de réflexion pour répondre aux besoins des personnes âgées.

Ces initiatives laissaient toujours croire au maire qu'elles pourraient éventuellement intégrer un service comme il l'avait imaginé, mais concrètement, ça ne s'est pas encore produit.

Qui aurait cru à l'automne 2009 que 88 mois plus tard, le bureau des aînés ne demeurerait toujours qu'un vague projet?

«C'est probablement la seule promesse qui ne s'est pas concrétisée comme je le souhaitais au début», convient M. Angers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer