Avenir du lac des Piles: un atelier de réflexion

Le lac des Piles.... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le lac des Piles.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La Ville de Shawinigan propose aux résidents du lac des Piles un «atelier de réflexion» sur le développement et la mise en valeur de l'une de ses deux principales sources d'eau potable, mardi soir à la salle communautaire Chanoine-Langevin, à compter de 18 h.

Cette étape guidera les élus vers l'élaboration d'un plan directeur pour la protection de ce plan d'eau, annoncé par le maire Michel Angers au printemps 2014.

La rencontre doit débuter avec la présentation d'un portrait diagnostic du bassin versant du lac des Piles. Il s'agit d'une étude très complète réalisée par Bassin versant Saint-Maurice (BVSM), qui avait reçu ce mandat l'an dernier. Son document de près de 150 pages a été mis en ligne sans tambour ni trompette sur le site web de la Ville le 7 novembre.

L'organisme établit un portrait plutôt exhaustif de la santé du lac des Piles. L'étude décrit avec précision les milieux physique et biologique, estime la quantité et la qualité de l'eau, recense l'occupation du territoire. La perception des résidents des différents enjeux est aussi intégrée, notamment leur appréciation au sujet de la navigation de plaisance, un sujet sensible.

Les personnes intéressées avaient jusqu'au 16 novembre pour s'inscrire à cet atelier de réflexion. François St-Onge, directeur des communications à la Ville, s'attend à la participation d'une cinquantaine de résidents. Selon l'invitation formulée par écrit par le maire de Shawinigan, des groupes seront formés pour discuter des enjeux et proposer des idées.

«Ça fait partie du travail préparatoire pour le plan directeur», souligne M. St-Onge. «Le rapport diagnostic a été mis en ligne pour permettre aux gens de le consulter. C'est un document de base, qui n'a pas encore été analysé par le conseil municipal et qui n'a pas encore fait l'objet de recommandations ou de réflexion. On est vraiment aux premiers gestes. L'atelier de travail est une étape préparatoire à ce qui deviendra un plan directeur. On est au tout début du processus.»

Digne d'intérêt

Le rapport de BVSM attire l'attention sur plusieurs éléments qui alimenteront les débats.

Malgré l'excellente qualité de l'eau du lac des Piles, les auteurs allument des feux rouges. Par exemple, «le taux d'occupation des rives (80 %) est susceptible de favoriser le ruissellement et l'apport en sédiments, en nutriments et en contaminants directement vers le lac».

L'érosion du réseau routier, la dégradation des infrastructures de drainage et les activités de déneigement représentent aussi des sources de contamination dans le bassin versant du lac des Piles.

Le rapport pointe également le vieillissement des installations sanitaires comme source possible de contamination bactériologique. Tout près de 62 % des fosses septiques du lac des Piles ont été installées depuis plus de 16 ans et 23 % devraient être inspectées en priorité.

La navigation de plaisance constitue aussi un enjeu important. Selon un recensement réalisé en août 2015 par «deux équipes de bénévoles», pas moins de 318 embarcations à moteur ont été inventoriées au lac des Piles.

Des résidents sont préoccupés par le bruit, les vagues, l'achalandage et l'impact environnemental de cette présence. Rappelons que plus de 12 000 personnes du secteur Grand-Mère sont desservies en eau potable à partir de cette source.

Enfin, sur le plan de l'accès public, le rapport note que «la privatisation et la disparition des rares sites d'usage public permettant l'accès à l'eau pourrait entraîner une perte d'accessibilité au lac des Piles (...)». Parallèlement, 78 % des résidents sont préoccupés par la présence d'embarcations à moteur appartenant à des gens de l'extérieur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer