Boulevard des Hêtres: un budget de 175 000 $

La Ville de Shawinigan termine les travaux de... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

La Ville de Shawinigan termine les travaux de correction du boulevard des Hêtres en éliminant les dénivellations entre les regards et la chaussée. Un budget de 175 00 $ a été prévu à cette fin.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La Ville de Shawinigan continue de payer pour le controversé chantier de réfection du boulevard des Hêtres. Les travaux de correction en cours, qui doivent constituer la dernière étape de cette rocambolesque histoire, devraient entraîner des débours supplémentaires d'environ 175 000 $.

C'est, du moins, le budget réservé aux manoeuvres amorcées au début octobre, qui consistent à mettre la surface asphaltée au même niveau que les regards. Le maire s'est toujours plaint de la qualité des travaux effectués par Construction et pavage Continental (division de DJL) et son opinion n'a évidemment pas changé.

En fait, la seule allusion à ce chantier provoque une montée de pression chez Michel Angers.

«Je passe là tous les jours», rappelle-t-il. «Nous avons prévu un budget de 175 000 $ pour réparer un travail mal fait. Très mal fait, inadmissible!»

En janvier, le conseil municipal de Shawinigan avait annoncé en être venu à une entente hors cour avec Continental. En 2012, l'entreprise avait déposé une requête pour dénoncer la quantité «anormale» de modifications apportées par la Ville au contrat initial. Continental réclamait alors 2,4 millions $ en frais supplémentaires et en préjudices. Les deux parties se sont finalement entendues pour une somme de 1 778 172,31 $.

En 2014, le consortium Groupe SM International et les Consultants Mesar avaient obtenu une compensation de 375 000 $ dans le même dossier, dans le cadre d'un autre règlement hors cour. Les travaux du boulevard des Hêtres ont finalement coûté près de 10,5 millions $, alors que le budget initial prévoyait 7,95 millions $.

Cette valse de dollars ne réglait pas tout, puisque les véhicules continuaient à encaisser les secousses des regards sur cette artère achalandée. La Ville s'applique donc à régulariser la situation elle-même.

«En plus des dépassements de coûts, le travail a été mal fait et on est en train de réparer», rage le maire. 

«C'est inadmissible qu'on ne soit même pas capable d'évaluer la hauteur d'un puisard quand on fait de la planification de terrain. Je pourrais vous trouver des qualificatifs comme ça jusqu'à demain matin.»

Les travaux en cours doivent se terminer en novembre, selon l'humeur de Dame Nature. 

Ils sont concentrés entre la 28e Rue et le boulevard Hubert-Biermans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer