Avenue de Grand-Mère: une cure de 6 millions $

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, soulignant la... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, soulignant la fin des travaux sur l'avenue de Grand-Mère en présence du propriétaire de Jeannot, Rudy Castonguay, de la conseillère Nancy Déziel et de la ministre Julie Boulet.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) «Enfin, notre chantier est maintenant complété.» Voilà comment le maire de Shawinigan, Michel Angers, a souligné la fin des travaux d'infrastructures et d'embellissement de l'avenue de Grand-Mère.

Amorcé à l'été 2015, ce projet de six millions de dollars aura bénéficié d'une subvention de 2,9 millions de dollars du Programme d'infrastructures Québec-Municipalité.

«Nous le savons, les infrastructures sont essentielles à la vitalité économique des régions et au rehaussement de la qualité de vie des collectivités. Grâce à son appui financier, le gouvernement permet à la Ville de Shawinigan de maintenir la qualité de son eau potable et d'assurer une meilleure gestion de ses eaux usées au bénéfice de tous les citoyens», a déclaré la ministre Julie Boulet.

Car les travaux visaient notamment le remplacement de conduites d'eau potable et d'eaux usées sous plusieurs tronçons de l'avenue de Grand-Mère, situés entre la 8e et la 17e Rue. Des travaux de voirie ont également été réalisés, en plus de l'embellissement et la remise en état des lieux. Plus de 1300 mètres de conduites d'eau potable et d'eaux usées auront ainsi été renouvelées à Shawinigan.

«Nous avons respecté notre budget car je suis allergique aux dépassements de coûts», a tenu à faire savoir le premier magistrat, évoquant la stratégie de réduction de la dette de la Ville.

Selon lui, tout comme l'an dernier, le chantier de 2016 s'est bien déroulé, l'entrepreneur Eurovia Québec Construction ayant même réussi à ouvrir l'artère commerciale à la circulation le 30 septembre, soit un mois avant l'échéancier prévu.

Quelques particularités ont teinté cette deuxième phase de travaux, notamment la profondeur des excavations. À certains endroits, il a fallu creuser six mètres de profondeur pour atteindre les conduites d'égout sanitaire et d'aqueduc. Le maire Angers a rappelé que les travaux étaient plus que nécessaires puisque les conduites les plus âgées avaient été installées en 1921.

Les travaux d'infrastructures réalisés sur l'avenue de Grand-Mère ont été l'occasion pour la Ville de concevoir un projet à valeur ajoutée en intégrant le principe de développement durable. Les urbanistes, en lien avec le milieu, ont donc proposé un aménagement urbain afin de rendre plus agréable cet espace de vie.

Des actions concrètes ont été prises pour améliorer la qualité de vie des usagers, notamment avec l'ajout d'arbres et d'arbustes ainsi que de mobilier urbain pour créer des espaces publics conviviaux et attrayants. Les trottoirs ont été élargis aux intersections afin de sécuriser les traverses piétonnières et diminuer la vitesse des automobilistes.

L'axe reliant le parc Saint-Jean-Baptiste, l'école primaire Laflèche et le parc Frank-Gauthier a aussi été mis en valeur. D'ailleurs, l'entrée du parc, côté avenue de Grand-Mère, a été refaite et des aires de repos éclairées ont été aménagées. Des rangements à vélos et des buvettes ont aussi été ajoutés, en plus des nouvelles traverses de rues sécurisées qui facilitent l'accès au parc.

Durant toute la durée des travaux, un accès piétonnier est demeuré disponible pour permettre de se rendre aux commerces. «Le résultat est fantastique», a témoigné le propriétaire du restaurant Jeannot, Rudy Castonguay, alors que le maire a invité la population à se réapproprier cette artère commerciale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer