Un 20e anniversaire qui promet à la Cité de l'énergie

Robert Trudel a plusieurs projets en tête pour... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Robert Trudel a plusieurs projets en tête pour souligner les 20 ans de la Cité de l'énergie.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) À chaque annonce d'une subvention à la Cité de l'énergie, Robert Trudel demande toujours aux députés présents de demeurer à l'écoute, car d'autres projets mijotent toujours.

Dieu seul possède une idée du feu d'artifice qui éclate dans sa tête lorsqu'il songe aux nouveautés entourant le 20e anniversaire de la célèbre tour, en 2017.

Plusieurs intervenants ont rappelé, mercredi matin, à quel point le pari de cette nouvelle attraction touristique pouvait paraître hors champ dans les années 90. Avant de devenir président du conseil d'administration de l'organisme, Roland Désaulniers avait participé aux premiers balbutiements du projet comme maire de Shawinigan.

«En 2017, ça fera 20 ans que la Cité de l'énergie existe», se remémore-t-il. «Ce projet risquait d'être éphémère, comme on disait dans le temps... Depuis 20 ans, nous sommes les mêmes qui dirigeons ça et d'année en année, nous avons vogué sur certains succès qui font que nous sommes encore là et que nous serons là pour un bout!»

Présente à l'annonce d'aide financière mercredi matin, l'ex-mairesse de Shawinigan, Lise Landry, reconnaît qu'il fallait une certaine audace pour se lancer dans un projet récréotouristique de cette envergure à ce moment. Près de quatre millions de visiteurs plus tard, le temps a donné raison aux décideurs de ce moment.

«Les gens disaient que ce ne serait jamais viable», raconte-t-elle. «Mais on connaissait la détermination de Robert Trudel. Il était allé à un colloque à Victoriaville et à ce moment, il avait voulu montrer à la ministre Lise Bacon qu'il avait du toupet. Il lui avait donc lancé le sien!»

Mme Landry avait commencé à toucher à cet ambitieux dossier comme adjointe de l'ex-député de Saint-Maurice, Yvon Lemire. «Je suis arrivée à la mairie en 1994 et nous avons procédé à l'ouverture en 1997. Pour moi, ce projet était une nécessité. On n'avait pratiquement rien pour attirer les touristes. C'était notre clé de départ. Il fallait diversifier notre offre pour attirer des gens chez nous. Le développement économique est très important, mais il y a aussi le développement culturel et touristique.»

Plan ambitieux

M. Trudel vise des nouveautés autant à Espace Shawinigan qu'à la Cité de l'énergie. Il mentionne que «quatre ou cinq demandes» d'aides financières ont déjà été acheminées à différents ministères. Sans trop vouloir s'avancer sur les détails, il glisse tout de même que des investissements de six à sept millions de dollars sont prévus au cours de la prochaine année.

«L'objectif est qu'à ma retraite, je laisse une nouvelle Cité de l'énergie», souligne le directeur général.

En attendant, il confirme qu'à l'image du reste de la Mauricie, cette attraction a connu une excellence saison au cours de l'été qui s'achève. Malgré un plus lent départ que l'an dernier, le spectacle Dragao a finalement obtenu le même succès qu'à sa saison inaugurale en terme de revenus.

Mais surtout, autant la Cité de l'énergie que les croisières et les tours de ville ont connu de fortes augmentations. «On ne sera pas gêné de montrer nos bilans aux différents paliers de gouvernement», sourit M. Trudel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer