La ministre Lebouthillier croit au Centre fiscal de Shawinigan

Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national, a résumé... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national, a résumé les réformes en cours dans son ministère mercredi midi, devant environ 70 membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan. Mais elle a surtout affirmé qu'il était important de garder un pilier comme le Centre fiscal.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Bien qu'ils en sachent toujours bien peu au sujet du calendrier de réalisation des travaux pour assurer la pérennité du Centre fiscal de Shawinigan, les employés viennent de recevoir une marque d'appréciation qu'ils attendaient depuis plusieurs années de leur ministre titulaire.

Le Centre fiscal de Shawinigan.... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le Centre fiscal de Shawinigan.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Mercredi matin, Diane Lebouthillier leur a indiqué qu'elle comprenait parfaitement l'impact de cet employeur dans la région, avant de répéter la même prise de conscience lors d'un dîner organisé par la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan, à l'Auberge Gouverneur.

«Pour moi, le Centre fiscal est un pilier dans la région. Et les piliers, on les garde!», a lancé la ministre du Revenu national, sous les applaudissements des participants.

En point de presse après son discours d'une vingtaine de minutes portant sur les réformes en cours dans son ministère, elle a recyclé sa phrase fétiche. Elle n'a toutefois pas voulu aller plus loin en ce qui concerne l'investissement requis pour ces travaux ou l'échéancier prévu. L'an dernier, des estimations parlaient de montants variant entre 50 et 60 millions de dollars.

«Je suis venue voir ce qui se passait au Centre fiscal et je suis venue dire aux gens que le Centre fiscal est un pilier dans le milieu et nos piliers, on doit les garder», réaffirme-t-elle. «Pour dire combien ça prendrait, je vais laisser ça aux ingénieurs qui, eux, sont beaucoup mieux placés que moi.»

Au cours des dernières années, les employés du Centre fiscal de Shawinigan n'étaient pas rassurés sur l'avenir de ce service dans la région, notamment en raison des importants investissements nécessaires pour assurer la pérennité de l'immeuble du secteur Shawinigan-Sud.

Le gouvernement conservateur laissait planer une incertitude, sans jamais s'avancer sur ses intentions fermes à long terme. La ministre s'en est d'ailleurs rendu compte lors de son passage au Centre fiscal, mercredi matin, par la teneur des questions qui lui ont été adressées.

Mme Lebouthillier n'a pas voulu confirmer s'il avait bel et bien existé un plan à Ottawa condamnant le principal employeur fédéral de la région.

«Je suis là pour regarder en avant», esquive-t-elle.

«Je ne suis pas là pour faire des chasses aux sorcières. L'important, c'est le plan que le gouvernement a présenté. Je suis une représentante de région, je sais tout le travail qui se fait pour garder nos régions dynamiques.»

Pour le député de Saint-Maurice - Champlain, François-Philippe Champagne, l'annonce concrète de ces travaux de réfection représentera «une autre étape».

«Ça regarde bien», avance-t-il. «La ministre est venue faire un état des lieux. C'était important pour elle de venir à Shawinigan. La Mauricie en sort grandie, car nous avons une alliée de plus à Ottawa.»

Mme Lebouthillier était arrivée dans la région mardi, alors qu'elle a partagé le dîner en compagnie du maire de Shawinigan, Michel Angers. Ce dernier accueille évidemment avec le sourire cette profession de foi envers le Centre fiscal.

«C'est une bouffée d'air frais», se réjouit-il. «C'est extrêmement rassurant pour les employés et pour l'ensemble des citoyens de la Mauricie. L'importance d'un centre comme ça est capitale pour une ville comme la nôtre.»

Même si les annonces officielles restent à venir, jamais le gouvernement conservateur n'avait manifesté une telle appréciation envers le Centre fiscal de Shawinigan, confie M. Angers.

«C'est beaucoup plus facile maintenant de parler au gouvernement par l'entremise de notre député que ça pouvait l'être il y a deux ans», fait-il remarquer. «Nous avions fait des tentatives auprès du gouvernement conservateur pour avoir un état de la situation, mais ce n'était pas possible d'avoir des informations.»

Magali Picard, vice-présidente exécutive régionale au Québec pour l'Alliance de la fonction publique du Canada, a profité de la période de questions après la conférence de la ministre devant la CCIS pour se dire «très heureuse» de «l'engagement» de Mme Lebouthillier.

Le Centre fiscal de Shawinigan emploie environ 1300 personnes, dont 600 permanents. Cette main-d'oeuvre représente une masse salariale de 52 millions de dollars annuellement.

Partager

À lire aussi

  • <em>Quand ça regarde bien...</em>

    Éditorial

    Quand ça regarde bien...

    Les propos de la ministre du Revenu national quant à l'avenir du centre fiscal pouvaient sonner rassurants, mercredi à Shawinigan. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer