Lac à la Tortue: une eau vraiment contaminée?

La Ville de Shawinigan interdit la baignade à... (Sylvain Mayer)

Agrandir

La Ville de Shawinigan interdit la baignade à la Plage-Idéale cet été.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La Ville de Shawinigan a-t-elle tiré un peu rapidement la sonnette d'alarme en interdisant la baignade à la Plage-Idéale, au lac à la Tortue, dès la fin avril? Des analyses de la qualité de l'eau, réalisées en juin, tendent à démontrer qu'elle pourrait accueillir les baigneurs sans problème.

L'Association pour la protection du lac à la Tortue s'est intéressée à cette question au cours des dernières semaines. Carmen Parent, microbiologiste de formation et conjointe du président de l'APL, Claude Vaugeois, a procédé à un échantillonnage à cinq endroits autour du plan d'eau le 15 juin. Partout, les plus hauts standards de qualité sont rencontrés.

Dans l'analyse, un échantillon qui renferme entre 0 et 20 unités formant colonie (UFC) de la bactérie E. coli par 100 millilitres d'eau est considéré de qualité A, donc excellent pour la baignade. Les cinq prélèvements effectués par Mme Parent rencontrent ce critère. Pour interdire la baignade, il faut atteindre au moins 201 UFC par 100 ml, ce qui correspond à la cote D.

Mme Parent a prélevé deux échantillons à la Plage-Idéale. Celui en surface indiquait un résultat de 14 UFC par 100 ml et l'autre, au fond du lac, ne donnait que 7 UFC par 100 ml. Des échantillonnages ont aussi été puisés à la baie des Daniel (5 UFC par 100 ml) et derrière deux résidences (1 UFC par 100 ml et 15 UFC par 100 ml).

Ces prélèvements ont été analysés par Véronique Bouchard, chargée de projet au Groupe Environex, à Québec. Elle ne peut évidemment pas commenter ces résultats précis, mais elle mentionne que pour juger de la qualité de l'eau d'un secteur, il faut plusieurs échantillons.

«Habituellement, on fait une moyenne arithmétique des résultats obtenus», explique-t-elle. «Pour une plage, on va doser à certains endroits, selon la topographie. Un échantillon instantané, ça donne une idée à cet endroit, mais est-ce la réalité partout autour de la plage? On peut très bien avoir de petits vallons de sable, des eaux plus stagnantes. Selon la longueur de la plage, on établit des stations de prélèvements.»

«Chaque personne est responsable de son propre prélèvement», ajoute Mme Bouchard. «Nous analysons ce que les personnes nous amènent, en considérant qu'elles sont de toute bonne foi.»

Mme Parent s'appuie sur sa formation professionnelle pour assurer que les échantillons ont été puisés selon les règles de l'art. De nouveaux tests seront effectués au cours des prochains jours et le sujet sera assurément abordé lors de l'assemblée générale annuelle de l'APL, ce samedi à la salle Lupien.

L'organisme effectue occasionnellement des échantillonnages pour vérifier la qualité de l'eau, lorsqu'elle est mise au parfum d'un événement particulier, par exemple. Cette fois, l'avis public concernant la Plage-Idéale a justifié la démarche.

«J'ai téléphoné au ministère de l'Environnement pour savoir si des tests avaient été effectués au printemps pour décréter que la plage était polluée et on m'a répondu que ce n'était pas le cas», raconte Mme Parent. «Elle est fermée par la Ville de Shawinigan. J'ai donc décidé de faire des tests, parce que je soupçonnais que l'eau ne devait pas être si polluée à ce temps-ci de l'année. Effectivement, elle est d'excellente qualité. On pourrait la prendre pour se brosser les dents !»

Mme Parent observe que la sensibilisation commence à porter fruit autour du lac. Les fosses septiques sont vidangées plus régulièrement ce qui, à long terme, ne peut qu'améliorer la situation. Par contre, les déjections d'oiseaux nuisent toujours à la qualité de l'eau, surtout en période de canicule.

Martin Picard, propriétaire du Camping Rouillard, se serait... (Sylvain Mayer) - image 2.0

Agrandir

Martin Picard, propriétaire du Camping Rouillard, se serait bien passé de la confusion autour de la baignade au lac à la Tortue. 

Sylvain Mayer

«Ça m'a dépassé un peu»

Le communiqué de presse publié par la Ville de Shawinigan sur l'interdiction de baignade à la Plage-Idéale en raison de l'instabilité de la qualité de l'eau, à la fin avril, avait mis Martin Picard dans tous ses états. Dans l'esprit du propriétaire du Camping Rouillard, il ne fait aucun doute que cet avis ne constituait pas une invitation aux touristes à venir se détendre au lac à la Tortue.

Devant son attraction, de l'autre côté de l'avenue Tour-du-Lac, les visiteurs peuvent se baigner en ayant accès à une petite plage.

«Depuis quelques années, on observe un regain pour la baignade», commente M. Picard. «Après le communiqué de la Ville, qui a circulé partout à travers la province, j'ai eu des appels. Nos clients réguliers nous demandaient s'ils pouvaient se baigner et ils voulaient des preuves. Ces gens-là prenaient soin de nous téléphoner, mais combien de personnes ne nous ont pas appelés parce qu'elles avaient compris qu'on ne pouvait pas se baigner au lac à la Tortue?»

«Ça m'a dépassé un peu», reconnaît-il. «Ça nous a pris beaucoup d'années pour arriver où nous sommes, mais nous cherchons toujours une nouvelle clientèle. Disons qu'une annonce comme ça, c'est pas très winner, pour rester poli...»

Claude Vaugeois, président de l'Association pour la protection du lac à la Tortue, ne considère pas inhabituel le fait de fermer une plage pendant une courte période de temps en raison de la dégradation de l'eau. Dans la région, la Ville de Trois-Rivières a récemment interdit momentanément la baignade à la plage de l'île Saint-Quentin pour les mêmes raisons.

«On permet la baignade et lors de certaines périodes où l'eau est contaminée, on avertit la population», résume-t-il. «Dès que c'est correct, les gens peuvent y retourner. Au lac à la Tortue, il y a eu un épisode l'an dernier et pour ça, on ferme la plage ad vitam aeternam!»

«Des aménagements ont été faits pour recevoir des baigneurs et des villégiateurs», souligne M. Vaugeois. «Des infrastructures ont été payées et aménagées et là, on fait un trait et on dirige les gens ailleurs! Si l'eau est propre à la baignade, pourquoi en priver les gens? Ça ressemble encore à des économies de bouts de chandelles.»

M. Vaugeois ajoute que ceux qui tentent de vendre leur propriété se seraient aussi bien passés de cette étiquette.

«Notre maison est à vendre et une dame a annulé sa visite à la suite de l'avis, en nous disant que le lac était pollué», déplore le président de l'APL. «Ça a des conséquences économiques.»

«Les gens vont penser qu'on se baigne dans une fosse septique, mais ce n'est pas le cas», ajoute M. Vaugeois. «La qualité de l'eau est excellente!»

Faucardeuse

En séance publique le 5 juillet, Robert Houle, administrateur à l'APL, est venu déplorer le fait que la baignade soit toujours interdite à la Plage-Idéale malgré les résultats des tests effectués en juin. Il en a également profité pour dénoncer la vente de la faucardeuse qui, selon lui, n'a jamais été utilisée efficacement pour en maximiser son utilité.

Rappelons qu'au printemps, la Société du Parc Jean-Drapeau en a fait l'acquisition au coût de 50 000 $. Elle avait été achetée par la Ville au prix de 147 000 $ en 2007 pour combattre le myriophylle, mais elle n'a finalement été utilisée que durant 375 heures.

«Si vous aviez été aussi tenace dans le dossier de la faucardeuse que celui de l'eau potable, vous auriez gagné», déplore M. Houle en pointant le maire, Michel Angers. Ce dernier a répliqué que le ministère de l'Environnement ne voulait plus émettre de certificat d'autorisation pour l'utilisation de la faucardeuse.

Qualité de l'eau ou plage impopulaire?

La Ville de Shawinigan a-t-elle décidé d'interdire la baignade à la Plage-Idéale en raison des fortes variations de la qualité de l'eau ou pour économiser le salaire d'un sauveteur?

Le 28 avril, elle publiait un communiqué de presse qui annonçait à la population que «la baignade sera interdite au parc de la Plage-Idéale pour la saison 2016», tout en ajoutant que les gens pourraient tout de même utiliser cet accès pour mettre à l'eau des canots ou des kayaks. L'accès à la plage pour la détente était également autorisé.

La Ville expliquait sa décision par le fait que les résultats d'échantillonnage de l'eau varient beaucoup durant l'été, entre excellent (A) et passable (C), avec des épisodes de pollution trop élevée (D) pour autoriser la baignade. En conséquence, elle préférait interdire la baignade à cet endroit durant tout l'été.

Le 21 juin, la Ville a précisé sa position en mentionnant évidemment qu'aucun sauveteur ne serait embauché à la Plage-Idéale cet été et que, surtout, les résultats d'échantillonnages précités ne pouvaient être généralisés à l'ensemble du lac à la Tortue. Claude Vaugeois, président de l'APL, croit que cette mise au point a été effectuée à la suite de la réception des tests.

Martin Asselin, conseiller du district des Boisés, reconnaît avoir reçu des appels à la suite de la publication du premier communiqué de presse. L'accent était alors mis sur la qualité de l'eau, alors que dans les faits, la Ville a aussi basé sa décision sur la fréquentation insuffisante de la Plage-Idéale, au point de pouvoir difficilement justifier l'embauche d'un sauveteur.

«C'est pour ça qu'on a sorti un nouveau communiqué de presse, pour dire que tout était correct avec l'eau, sauf à la plage, pour ne pas que le monde pense que l'eau du lac à la Tortue est polluée», souligne-t-il.

M. Asselin endosse la décision du conseil municipal sur la base économique. Difficile de savoir si les baigneurs pourront retourner à la Plage-Idéale un jour, mais le conseiller souhaite valoriser ce secteur après les importants travaux qui s'en viennent.

«Il ne faut pas payer dans le vide; il faut être conscient de ça», commente-t-il, à propos de l'embauche d'un sauveteur qui se tournait les pouces. «Avec l'assainissement des eaux usées, j'aimerais qu'on ait un bel endroit pour les sportifs. Avec l'asphalte neuf autour du lac, les gens vont venir en vélo, faire de la course à pied. Ce sera un attrait.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer