Marcher pour les rêves des enfants

Benoît Lebel réalise son rêve pour permettre aux... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Benoît Lebel réalise son rêve pour permettre aux enfants malades de réaliser les leurs.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Un homme de Grand-Mère est plongé depuis le 12 mars dernier dans un long défi de plusieurs mois.

Benoît Lebel a entamé une traversée du Canada à pied. Dans les prochains jours, il marchera dans la région avant de reprendre sa route vers Vancouver qu'il espère atteindre en novembre prochain et avoir complété aux alentours de 5000 kilomètres de marche.

S'il marche de Saint John's à Terre-Neuve jusqu'à Vancouver en Colombie-Britannique, c'est évidemment pour un défi et une aventure personnelle, mais également pour recueillir des sous pour la Fondation Rêve d'Enfants.

«Quand j'ai pensé à mon projet, et que j'ai pensé à une cause, je n'ai pas eu besoin de réfléchir tellement longtemps. Je les ai contactés. Tout ça à un lien, parce que je suis en train de vivre un rêve. [...] Je suis chanceux d'être en bonne santé. Je veux aider ces jeunes-là à vivre un rêve aussi», explique Benoît Lebel.

Le grand aventurier a déjà parcouru le tiers de son itinéraire et récolté plus de 3400 $ pour la cause. L'homme de 46 ans a marché en moyenne près de 20 kilomètres par jour. Il a eu droit à tout jusqu'à présent, du froid, du vent, de la pluie, de la neige. Désormais, il devra combattre la chaleur et l'humidité sur sa route.

«Ça va quand même bien parce que je suis bien équipé. Je n'ai jamais eu froid. [...] Maintenant, je vais m'ajuster et bien me préparer. Je vais devoir marcher plus tôt le matin, boire beaucoup d'eau et mettre de la crème solaire», lance-t-il.

Benoît Lebel a eu à faire certains ajustements en cours de route, surtout au niveau de son équipement.

«C'est le poids du sac à dos qui me posait problème. Je l'ai aminci en chemin. À chaque bureau de poste, j'envoyais des choses à la maison. J'ai traîné une tente pendant un bon moment aussi. Là, je ne la traîne plus», explique l'aventurier.

Benoît Lebel a décidé de se loger autrement sans budget d'hébergement. Il s'adresse aux dirigeants d'hôtels, motels, auberges pour être hébergé gratuitement.

«Ça fonctionne très bien! Les gens sont extrêmement généreux», soutient-il.

C'est avec grand enthousiasme qu'il s'apprête maintenant à parcourir les centaines de kilomètres restants. Certaines villes se sont même ajoutées à l'itinéraire afin de croiser le plus de gens.

«Pour la collecte de fonds, je dois rencontrer des gens. Il fallait que je m'oriente pour rencontrer du monde et aussi pour remplir mon mandat de marche. J'ai changé mon approche.»

Benoît Lebel aimerait être en mesure d'amasser minimalement 10 000 $. L'objectif initial était de 30 000 $.

«Je ne sais pas si je vais l'atteindre. Il faut être réaliste. Je le souhaite, mais il faudrait un très généreux donateur. Je pense que je vais dépasser 10 000 $. Ce montant-là, c'est le coût moyen pour réaliser un rêve. C'est très bon.»

Benoît Lebel quittera la Mauricie samedi. Entre-temps, les gens auront l'occasion de croiser le marcheur dans les rues des secteurs Shawinigan et de Grand-Mère dans les prochains jours.

«Les gens peuvent aussi m'encourager en faisant des dons en ligne. Chaque montant me donne de l'énergie», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer