Shawinigan va revoir ses contrats de déneigement

L'état de certaines artères de Shawinigan a soulevé... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'état de certaines artères de Shawinigan a soulevé l'ire des citoyens à la fin de l'hiver, comme en témoigne cette photo prise sur la rue de la Victoire en mars.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le conseil municipal de Shawinigan rebrassera ses cartes pour l'octroi de deux importants contrats de déneigement en vue de l'hiver 2016-2017, puisque les élus ont décidé de ne pas se prévaloir des clauses de renouvellement automatique prévues à ces ententes.

Le maire, Michel Angers, assure toutefois que cette décision n'est aucunement liée aux nombreuses plaintes de citoyens acheminées à l'hôtel de ville, particulièrement entre février et avril.

En assemblée extraordinaire le 30 mai, le conseil municipal a adopté les deux résolutions en question à la suite d'une recommandation du Service des travaux publics. Les contrats avaient été adoptés en séance régulière le 18 août 2015.

Dans un premier temps, Excavation RMG avait remporté la mise pour le déneigement et le déglaçage des rues des secteurs Grand-Mère Est et Saint-Georges. Sa soumission de 203 241 $ pour la saison 2015-2016 avait été la plus basse conforme parmi les quatre reçues.

Lors de la même séance, les élus avaient accordé au Groupe Pelletier entretien division Jeannine Pelletier le contrat pour le déneigement et le déglaçage des rues du secteur Shawinigan-Sud, au montant de 212 494 $. Quatre soumissionnaires avaient également proposé leurs services pour ce secteur.

Ces deux contrats couvraient l'hiver 2015-2016 et prévoyaient une clause de renouvellement automatique pour deux ans supplémentaires, à moins d'un préavis contraire. Le conseil municipal a décidé de se servir de ce veto et de retourner en appel d'offres au cours des prochaines semaines.

«On souhaite revoir tout ça», témoigne le maire. «C'était déjà prévu, avant l'hiver que nous avons connu, que nous ne ferions qu'une seule année. Si les prix des deux années d'option avaient eu beaucoup de sens, on les aurait prises. Mais on pense que ça va valoir la peine de retourner en appel d'offres.»

Dans un contexte plus large, la Ville revoit actuellement sa politique de déneigement de fond en comble afin d'éviter les irritants de la dernière saison. Elle devra notamment tenir compte des hivers plus doux, qui provoquent de plus en plus d'épisodes de pluie.

«Nous analysons actuellement les nouveaux processus de ramassage de neige; on brasse tout ça», commente M. Angers. «Les analyses se poursuivent cet été pour uniformiser l'ensemble de l'oeuvre, afin que tout le monde parte au même moment, après tant de centimètres accumulés. Nous n'avons pas encore eu les rapports; l'exercice est en cours.»

L'hiver dernier, l'établissement de quatre niveaux de priorités sur l'ensemble de la ville, combiné à la politique d'intervention à partir de huit centimètres d'accumulation, ont mécontenté plusieurs citoyens. Certains dénonçaient également l'utilisation d'une machinerie qu'ils jugeaient inadéquate.

Les élus ont pris bonne note de ces doléances, tout en rappelant toutefois que l'alternance de fortes accumulations de neige et de pluie à la fin de l'hiver ont compliqué la tâche des contractuels et des cols bleus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer