La Coalition contre le bruit ne décolère pas

Liliane Guay, présidente de la Coalition contre le... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Liliane Guay, présidente de la Coalition contre le bruit.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Toujours extrêmement frustrée des commentaires du maire de Shawinigan émis à la suite de l'entente sur les vols d'hydravions touristiques, la Coalition contre le bruit n'exclut pas la possibilité de se désister d'ici au 21 juin, date à laquelle un juge de la Cour supérieure doit approuver la transaction.

Dans l'esprit de la demanderesse, Michel Angers a clairement contrevenu à l'article 48 de cette entente. Cette disposition prévoit notamment que «les parties à la transaction conviennent et s'engagent, pour tout commentaire public dans les médias ou autrement eu égard à la présente transaction, à s'en tenir au contenu de la transaction et du communiqué de presse conjoint (...)».

En entrevue le 18 mai à Montréal, alors qu'il se dirigeait vers l'État de New York dans le cadre de la mission économique de l'Union des municipalités du Québec, M. Angers a notamment tourné en dérision les montants qui seront touchés par les membres du recours collectif après avoir payé les avocats et le Fonds d'aide aux actions collectives. Rappelons que l'entente prévoit que les assureurs de la Ville verseront 275 000 $ à la Coalition contre le bruit en guise de règlement dans ce litige. Sur ce montant, une somme de 82 307,92 $ est déjà réservée pour le FAAC.

La transaction stipule également que Shawinigan n'admet aucune responsabilité au sujet des inconvénients causés par les vols d'hydravions touristiques, même si elle n'est finalement jamais devenue l'exploitante de l'hydroaéroport du lac à la Tortue. Transports Canada et la Ville en avaient pourtant fait l'annonce officielle en juin 2009, mais dès son élection cinq mois plus tard, Michel Angers avait repoussé cette volonté aux calendes grecques.

Par contre, l'entente diffusée la semaine dernière prévoit que la Ville ne doit pas faciliter, encourager, promouvoir ou favoriser l'exploitation des vols d'hydravions touristiques ou d'entraînement au lac à la Tortue, ni supporter l'arrivée de tout nouvel opérateur additionnel à Bel Air Laurentien aviation.

Or, certains commentaires émis par le maire au Nouvelliste, la semaine dernière, ont visiblement débordé ce cadre.

«Nos assureurs assumaient les coûts et ils ont décidé de régler», expliquait-il. «Une fois que les avocats auront été payés, que le Fonds d'aide aux actions collectives sera payé, il ne restera plus grand-chose alors que pour nous, nos primes ont augmenté de façon importante en prévision de ce litige. Ça ne rapportera donc à peu près rien au gens. La Ville de Shawinigan est perdante.»

La hausse de la prime de responsabilité de la Ville est passée de 14 640 $ en 2011-2012 à 42 207 $ en 2012-2013. Ce bond de 188 % avait été encaissé avant même que le recours ait été autorisé sur le fond. Pour l'année en cours, cette prime est rendue à 48 642 $.

Le maire estimait également que depuis la fin des opérations d'Aviation Mauricie en 2013, les citoyens ne se plaignaient plus du bruit au lac à la Tortue. Enfin, il invitait les membres du recours collectif «à prendre l'argent qui reste et à le mettre pour les actions du plan directeur du lac à la Tortue». Ces deux insinuations, estime la Coalition contre le bruit, ne respectaient pas non plus l'esprit de l'article 48 de l'entente.

En conséquence, la présidente du regroupement de citoyens, Liliane Guay, se questionne sur la suite des événements.

«La Coalition contre le bruit va se regrouper», commente-t-elle. «Nous allons rencontrer nos procureurs, car il y a toujours possibilité de laisser tomber l'entente. On ne prend pas du tout les commentaires du maire. Il a fauté en transgressant l'article 48. Nous allons donc réévaluer l'entente et voir s'il y a lieu de l'annuler. Ce n'est pas exclu. On trouve que ce qui s'est dit est assez majeur. C'est une grave erreur de sa part.»

À tout le moins, la Coalition contre le bruit souhaiterait que M. Angers revienne sur ses propos pour se conformer à l'entente. Le maire n'a toutefois rien à ajouter sur ce sujet pour le moment.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer