Beaucoup de circulation à prévoir autour de l'ancienne aluminerie de Shawinigan

Voilà une photo aérienne du site de l'ancienne... (Courtoisie Rio Tinto)

Agrandir

Voilà une photo aérienne du site de l'ancienne aluminerie de Shawinigan... sans aluminerie.

Courtoisie Rio Tinto

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La démolition de l'ancienne aluminerie de Shawinigan a beaucoup attiré l'attention au cours des derniers mois, tant par l'ampleur des travaux que par la transformation du paysage du secteur. D'ici la fin de l'été, c'est la circulation de véhicules lourds qui ne passera pas inaperçue.

Rio Tinto entreprend maintenant la dernière étape de la remise en état du site, qui s'observera par le transport d'une impressionnante quantité de sols contaminés vers Horizon Environnement, à Grandes-Piles. Au cours des prochaines semaines, environ 80 camions par jour s'attelleront à cette mission jusqu'à la fin septembre, précise Claudine Gagnon, conseillère principale, relations médias pour la multinationale.

«Au cours des derniers jours, nous avons tenu une rencontre avec les 60 camionneurs artisans retenus pour leur expliquer nos attentes et nos standards», souligne-t-elle. «Comme nous tenons à minimiser les impacts de nos activités dans le voisinage, une unité de lavage des camions a été installée sur le site. Avant de prendre la route, chaque camion sera nettoyé et empruntera la route prédéterminée.»

«De cette façon, les camions ne quitteront pas le site avec plein de poussière ou de terre qui pourrait rester collée et se perdre en route», ajoute-t-elle. «Les camions seront donc nettoyés et s'en iront directement au site de disposition.»

Ce transport s'effectuera entre 7 h et 18 h, du lundi au vendredi. Mme Gagnon précise qu'aucune circulation n'est prévue dans le coeur de la ville dans le cadre de ces manoeuvres. Elle invite les citoyens témoins d'irrégularités à communiquer avec le personnel à la guérite d'accueil du site.

Ce mégachantier tire donc à sa fin. À la division des permis de la Ville de Shawinigan, ces travaux étaient estimés à 5,5 millions $, mais difficile de connaître, pour le moment, les coûts totaux de ces opérations.

«Nous sommes dans les échéanciers que nous nous étions donnés», répète Mme Gagnon, qui assure que la compagnie n'a rencontré aucune mauvaise surprise jusqu'à maintenant.

Le maire, Michel Angers, ne possède toujours pas la confirmation que Rio Tinto cédera cette vaste propriété industrielle pour une somme nominale, comme le veut la pratique de la multinationale.

«On attend que les travaux soient complétés, mais tout va dans cette direction», commente-t-il.

En 2014, ces installations étaient destinées à recevoir la tristement célèbre FerroAtlántica, qui non seulement a fait faux bond à Shawinigan, mais qui a également décidé de remettre aux calendes grecques ses projets d'expansion au Québec. Cette controverse n'enlève toutefois rien au potentiel de reconversion du site de l'ancienne aluminerie, fait remarquer M. Angers.

«On travaille présentement sur des projets», assure-t-il. «C'est immense! L'objectif est d'avoir un terrain complètement décontaminé, de type industriel avec tous les services: électricité, voie ferrée, gaz naturel. C'est un terrain attrayant!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer