Taxe haussée de 475 %: d'autres modifications à prévoir

Michel Angers... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Michel Angers

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les doléances des dirigeants de plusieurs entreprises de Shawinigan ont été entendues par le conseil municipal. Dès la prochaine séance publique régulière, le 10 mai, les élus devraient adopter une nouvelle modification au règlement sur la taxation en 2016 pour réduire le fardeau de la desserte d'égout pour le secteur industriel, en hausse de 475 % dans le dernier budget.

En séance plénière lundi soir, le conseil municipal a statué sur la nécessité de réduire cette facture, mais les fonctionnaires n'ont toujours pas identifié la formule idéale pour atteindre l'objectif. Malgré tout, le maire, Michel Angers, confirme que la volonté est bien arrêtée.

«Il y aura très certainement un ajustement, c'est évident», assure-t-il. «On essaie de trouver le meilleur compromis. Il reste des travaux à faire, mais chose certaine, nous serons prêts pour la prochaine séance du conseil. Ça ne tardera pas.»

Dans le budget 2016, la taxe pour la desserte d'égout dans le secteur industriel est passée de 0,1159 $ à 0,6664 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. Devant le mécontentement suscité par cette décision, le conseil municipal a apporté une première modification à son règlement, en mars, en fixant ce taux à 0,3998 $ par tranche de 100 $ d'évaluation pour les entreprises dont la valeur foncière ne dépasse pas 500 000 $. Donc, pour les plus importants employeurs industriels de la ville, cette taxe demeurait inchangée.

Le défi consiste à trouver l'équilibre entre une hausse raisonnable pour les gens d'affaires et la nécessité, pour la Ville, de ne pas mettre encore davantage de pression sur ses revenus.

«Il faut trouver la meilleure formule possible», convient M. Angers. «Il y aura une réduction pour tout le monde. Pour certains, ce sera très positif et pour d'autres, un peu moins. C'est comme les rôles d'évaluation. Ça prend une moyenne à quelque part, mais je pense qu'on fera quelque chose qui pourra satisfaire la plupart des gens, comparativement à ce qu'ils ont aujourd'hui.»

Dans son dernier budget, le conseil municipal était préoccupé par la baisse des valeurs industrielles sur son territoire, qui atteignaient 35 % selon le nouveau rôle d'évaluation déposé à l'automne. Même en soustrayant l'impact de la fermeture de la papeterie Laurentide, le recul s'établit à 12,5 %. M. Angers reconnaît que la hausse décrétée pour les égouts dans le secteur industriel a sans doute été mal évaluée.

«Avait-on prévu l'impact direct? Possiblement pas et c'est pourquoi on s'ajuste», fait-il remarquer. «On devait vivre avec une dévaluation importante du tissu industriel. Comment faire l'ajustement? On n'avait pas dix formules et il y en a une qui a été mise en place. Compte tenu des commentaires que nous avons reçus, nous avons revu tout ça.»

Pour la Ville, le défi d'identifier des sources de revenus demeure entier. Le maire fait remarquer que si les papeteries Belgo et Laurentide et l'aluminerie de Rio Tinto demeuraient en exploitation aujourd'hui, Shawinigan bénéficierait de revenus supplémentaires de taxes de 3,5 millions $ en 2016.

«C'est correct d'alléger l'impact, mais il faut que je trouve cet argent dans mon budget», rappelle-t-il. Or, même si le montant de la nouvelle taxe pour les égouts du secteur industriel n'est pas encore arrêté, M. Angers croit que ce recul privera les coffres municipaux de centaines de milliers de dollars.

«Il faut que je trouve ces montants», résume-t-il. «Depuis que les trois usines sont fermées, nous avons 11 millions $ de moins en revenus.»

Malgré le défi que pose la recherche d'argent neuf, le maire de Shawinigan assure que la population et les gens d'affaires ne doivent pas craindre de hausses démesurées de leurs comptes de taxes pour les années à venir.

«Nous faisons nos budgets en conséquence», mentionne-t-il. «Nous devons faire des ajustements pour les entreprises, mais nous allons vivre avec ça. Le dernier compte de taxes a été bien en deçà de celui de plusieurs autres municipalités. La population n'a pas besoin de s'inquiéter. On ne transférera pas ces pertes sur le dos des citoyens. On va travailler à l'interne. Des choix responsables vont se faire.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer