Harmonisation des noms de rues: Shawinigan touche au but

Les changements entreront en vigueur le 16 mai.... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Les changements entreront en vigueur le 16 mai.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) À pareille date l'an dernier, les périodes de questions aux assemblées publiques de Shawinigan se déroulaient dans la cacophonie, des manifestations s'organisaient et des pétitions circulaient un peu partout sur le territoire. La source de ce branle-bas? L'harmonisation des noms de rues, un dossier qui a remué certains citoyens au plus profond de leurs tripes et qui connaîtra son aboutissement dans quelques semaines.

En effet, les nouvelles adresses entreront en vigueur le 16 mai. À partir de ce moment, les Shawiniganais bénéficieront d'une année complète pour se conformer. Mardi matin, la Ville de Shawinigan a convoqué la presse pour dévoiler les outils d'information qui seront acheminés aux citoyens touchés.

Rappelons que pas moins de 70 % des propriétaires devront effectuer un changement d'adresse. Cette proportion inclut ceux qui n'auront qu'à éliminer leur nom de secteur, un irritant majeur soulevé au cours de la tempête du printemps 2015. Dorénavant, le courrier ne sera plus acheminé à Grand-Mère, à Saint-Jean-des-Piles ou à Saint-Gérard-des-Laurentides, mais à Shawinigan.

Cette séquence de changements apparaissait aussi lointaine que douteuse, à pareille date l'an dernier. Pour le conseil municipal toutefois, le repli n'a jamais fait partie des discussions. Les élus ont pris bonne note de nombreuses suggestions et le scénario final a été adopté en séance publique, le 18 août.

«Évidemment, dans toutes les autres villes où on a procédé à l'harmonisation des noms de rues, c'est exactement ce qui s'est passé», commente le maire, Michel Angers. «Un certain nombre de citoyens ne veulent pas de changement et par la suite, on s'adapte et tout rentre dans l'ordre. Nous avons fait une consultation extrêmement importante, avec sept rencontres citoyennes. Nous avons écouté, pris en note des suggestions et fait plusieurs modifications entre la première proposition et la version finale.»

Céline Gagnon, coordonnatrice du projet d'harmonisation pour Postes Canada, assure que Shawinigan s'est distinguée dans son processus au cours de la dernière année. Les systèmes numériques présents dans six des sept anciennes municipalités constituaient une particularité pour le moins complexe. «Je trace un bilan de transparence totale avec les citoyens», partage-t-elle. «Un bilan de collaboration, de coopération. C'est ça le succès, à Shawinigan. Il faut dire aussi qu'après 40 villes, on vit les échecs et les réussites des autres. Depuis les premières fusions, des outils se sont développés et ils s'améliorent à chaque fois.»

Signature

Pour la conseillère du district Du Rocher et présidente de la commission de toponymie, Lucie DeBons, cette réforme toponymique constituera l'aboutissement d'un projet sur lequel elle travaille depuis la fusion municipale de 2002, à l'exception de la période de 2005 à 2009 où elle n'avait pas été élue.

À son retour autour de la table du conseil municipal, au même moment que l'arrivée de Michel Angers, elle avait senti que le projet dérangeait encore des élus. Lorsque la majorité s'est finalement ralliée, Mme DeBons est passée par toute la gamme des émotions avant que l'ambitieux chantier prenne forme. Elle ne cache pas qu'elle a dû se former une carapace au coeur de la controverse. «La période la plus difficile, ça a été pendant les rencontres citoyennes», se remémore-t-elle. «Nous avons fait des secteurs où ça allait très bien, mais ailleurs, c'était plus problématique. Il fallait écouter ce que les gens avaient à dire. En même temps, ça a été bon de les écouter parce que ça nous a permis de corriger le tir.»

L'expérimentée politicienne comprend maintenant pourquoi ses ex-collègues balayaient ce dossier sous le tapis. On peut à peine imaginer le tollé si Shawinigan avait harmonisé ses noms de rues dès le premier mandat de la nouvelle ville.

«Au début, le conseil au complet préférait digérer la fusion», raconte-t-elle. «Cette fois, j'ai senti que tout le conseil était derrière moi pour m'appuyer. Michel (Angers) a fait une grande part, là-dedans.»

«Personnellement, j'aurais été de l'avant (dès le premier mandat), mais effectivement, quand on regarde la grogne...»

Dans le programme triennal d'immobilisation 2015-2016-2017, la Ville de Shawinigan avait prévu un budget de 320 000 $ pour le processus d'harmonisation des noms de rues. Le conseil municipal ne voulait pas dépasser 300 000 $ et M. Angers croit que cette cible sera respectée, surtout à la suite de l'attribution des contrats pour les panneaux adoptés en séance extraordinaire le 21 mars. Les prix proposés étaient nettement inférieurs aux prévisions.

Partager

À lire aussi

  • Le passé et l'avenir cohabiteront

    Shawinigan

    Le passé et l'avenir cohabiteront

    Dès le mois d'avril, les nouveaux noms de rues apparaîtront progressivement un peu partout à Shawinigan. Pour assurer une transition en douceur... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer