Eaux usées au lac à la Tortue: les citoyens seront consultés

Le maire de Shawinigan, Michel Angers; le député... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers; le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère; le maire d'Hérouxville, Bernard Thompson, et le représentant du député fédéral de Saint-Maurice-Champlain, François Massicotte, souhaitent que la population appuiera le projet d'assainissement des eaux usées au lac à la Tortue.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les riverains du lac à la Tortue de Shawinigan et d'Hérouxville sont invités à participer à une importante rencontre d'information le 7 mars à 19 h, à Espace Shawinigan.

Cette activité précédera une consultation au cours de laquelle les citoyens détermineront l'avenir du projet d'assainissement des eaux usées, que d'aucuns jugent essentiel pour la survie de ce plan d'eau.

Lundi matin, les maires de Shawinigan et d'Hérouxville, le député de Saint-Maurice et le représentant du député fédéral de Saint-Maurice - Champlain sont venus confirmer que le montage financier était complété. Pour le moment, ce projet est estimé à 40,2 millions $, une nouvelle diminution de près de trois millions de dollars par rapport à avril 2015, lorsque le conseil municipal avait adopté une résolution confirmant son appui.

L'investissement nécessaire était alors estimé à 43 millions de dollars, un montant déjà réduit par rapport aux 55,1 millions $ avancés en 2012. Cette réduction s'expliquait alors par la décision de ne pas étendre le projet aux secteurs de la Forteresse et du lac Lafontaine.

La dernière évaluation a ramené l'estimation à 40,2 millions $, indique simplement le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Québec et Ottawa verseront chacun une subvention de 13,4 millions $ pour permettre la réalisation de ce projet. Les deux municipalités se partageront proportionnellement le dernier tiers.

La rencontre d'information du 7 mars permettra d'établir concrètement ce que les propriétaires devront défrayer pour obtenir ce précieux service. Jusqu'ici, les estimations s'établissaient généralement à un peu moins de 15 000 $ par propriété.

Ce projet permettrait de desservir environ un millier d'adresses dans le secteur Lac-à-la-Tortue et quelque 200 du côté d'Hérouxville. Il offrira également l'aqueduc à 280 propriétés du côté de Shawinigan.

«Un autre avantage, c'est que ça va nous permettre de faire la réfection de la chaussée des rues autour du lac», précise M. Angers. Cette portion des travaux sera assumée par l'ensemble des citoyens, un enjeu qui avait été soulevé par l'Association pour la protection du lac à la Tortue. M. Angers est demeuré vague sur la valeur précise de cette portion du projet.

«Ça va baisser la facture pour les résidents», avance-t-il. Les travaux débuteraient dès l'an prochain, si les citoyens donnent leur accord.

«C'est une chance unique, une opportunité exceptionnelle pour se doter d'installations modernes», considère le maire de Shawinigan. Une opinion partagée par son homologue d'Hérouxville, Bernard Thompson, qui semblait heureux de participer à cette annonce après avoir déploré être mis à l'écart du dossier, l'an dernier. Aujourd'hui, il salue la collaboration avec la Ville de Shawinigan.

«Ce n'est pas seulement une question de coûts», fait-il remarquer. «C'est une question de savoir si on veut sauver, oui ou non, le lac à la Tortue. Notre devoir, en tant qu'élus, c'est de s'assurer que ce projet fonctionne.»

M. Angers n'a pas voulu préciser le nombre de fosses septiques non conformes autour du lac présentement, mentionnant simplement qu'une tolérance avait été observée au cours des dernières années en attendant qu'une décision soit prise au sujet du projet d'assainissement des eaux usées. Évidemment, un rejet de la population forcerait la Ville à aviser les propriétaires de rendre rapidement leurs installations conformes.

«On a étiré beaucoup, beaucoup, beaucoup de fosses septiques en espérant avoir la nouvelle que nous avons maintenant», concède le maire.

Présente à la conférence d'information, l'Association pour le protection du lac à la Tortue croit bien que les citoyens appuieront ce projet.

«L'assainissement des eaux ne réglerait pas tous les problèmes, mais elle en réglerait un gros», rappelle Kathy Béliveau, porte-parole de l'APL. «On s'en fait beaucoup parler, alors on est très confiant que le population sera d'accord. De toute façon, c'est un passage obligé si on veut encore des beaux jours au lac à la Tortue. La population est consciente de ça.»

Combien de personnes?

Le maire de Shawinigan est demeuré vague sur la forme que prendra la consultation qui suivra la séance d'information. 

«Nous travaillons actuellement avec le ministère des Affaires municipales», explique M. Angers. «Pour le moment, on parle de la majorité. Le ministre nous demande une consultation. Quand c'est fait, il prend la décision finale. En démocratie, quand on a une majorité, c'est un projet qui est accepté socialement.»

Difficile, pour le moment, d'évaluer ce qui se produirait si des citoyens d'une municipalité acceptaient le projet et ceux de l'autre le rejetaient. M. Thompson se demande également si une majorité simple sera suffisante ou si le gouvernement du Québec recherchera un appui plus massif.

Partager

À lire aussi

  • Drôle de coïncidence...

    Shawinigan

    Drôle de coïncidence...

    La veille du dépôt à l'Assemblée nationale d'une pétition signée par plus de 1500 citoyens du secteur Lac-à-la-Tortue qui souhaitent se défusionner,... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer