Transport en commun: décembre, un baume sur 2015

Jean-Yves Tremblay, conseiller municipal et président de la... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean-Yves Tremblay, conseiller municipal et président de la Régie de transport en commun de Shawinigan.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Un mois de décembre exceptionnel a freiné une autre chute vertigineuse du nombre de passagers à la Régie de transport en commun de Shawinigan en 2015.

Ce surprenant rebond de 23 % s'explique par une promotion proposée lors des deux dernières semaines de l'année, durant lesquelles le transport en autobus était offert gratuitement.

Plus précisément, la RTCS a recensé 24 584 passages en décembre, comparativement à 19 994 un an auparavant. En fait, il faut remonter à 2011 pour retrouver un achalandage comparable lors du dernier mois de l'année.

«Le service gratuit a été vraiment très apprécié et nous avons obtenu de très bons résultats», confie Jean-Yves Tremblay, président de la RTCS. «Ça correspondait avec la fin des classes, le beau temps et le magasinage du temps des Fêtes. Les chauffeurs nous ont dit que les utilisateurs avaient vraiment apprécié.»

M. Tremblay explique que cette décision a été prise parce que le transport en commun régulier avait subi les contrecoups des travaux sur la 5e Rue, l'an dernier. Ce labyrinthe poussiéreux et bruyant ne constituait pas une destination très recherchée.

En juillet et en août malgré tout, la RTCS a observé un maintien ou une légère hausse du nombre de passages. Mais pour les neuf autres mois de l'année, les baisses se sont additionnées. L'année 2015 s'est ainsi terminée avec 254 155 passages, un recul de plus de 6 % par rapport à 2014. Il s'agit d'un autre plancher historique, d'une troisième baisse consécutive et d'une onzième depuis la fusion de 2002.

Bien entendu, le transport gratuit ne peut devenir la norme à Shawinigan, mais M. Tremblay ne nie pas que l'expérience de décembre pourrait être répétée en 2016.

«En encourageant les gens à venir en ville, ça a aidé nos commerçants», souligne le porte-parole. «Si les utilisateurs ont aimé leur expérience, ça peut leur donner le goût de se servir du transport en commun.»

Le conseiller du district des Hêtres reconnaît toutefois que si la politique se répète, elle devra tenir compte des usagers qui utilisent une carte mensuelle, afin qu'ils obtiennent un rabais pour profiter aussi des deux semaines gratuites.

En ce qui concerne la baisse générale du nombre de passages, M. Tremblay constate qu'elle s'inscrit dans une tendance lourde, qui suit la même courbe que celle de la population à Shawinigan. Depuis 2001, elle est passée de tout près de 53 000 à un peu plus de 49 000 en 2015.

Une autre caractéristique de la population locale stimule cependant les passages en transport adapté. À 29 748, il s'agit du nombre le plus élevé depuis que Transport urbain de la Mauricie assume entièrement le service en 2010 et d'une augmentation de 4,5 % par rapport au bilan de 2014. «Nous avons beaucoup de gens âgés, beaucoup de gens malades», résume M. Tremblay.

En ce qui concerne l'Accès-bus, le nombre de personnes transportées s'est stabilisé en 2015, après quatre ans de décroissance. En tout, 8762 passages ont été compilés au cours de la dernière année, une cinquantaine de plus qu'en 2014.

En 2016, la RTCS souhaite finalement installer son nouveau système de perception dans ses autobus. M. Tremblay explique que divers scénarios sont étudiés et que chacun d'eux doit prendre en considération les habitudes de tous les types d'utilisateurs, des plus jeunes aux plus âgés. «Il nous faut un système polyvalent, mais c'est plus cher», fait-il remarquer.

À plus long terme, le président aimerait également équiper sa flotte d'un ou deux autobus hybrides ou électriques. Compte tenu des orientations que se donne Shawinigan dans les technologies vertes et en développement durable, il s'agit d'une voie invitante. La RTCS prend des notes sur les expériences vécues par d'autres villes à travers la province, notamment à Québec et à Sherbrooke, avant d'approfondir sa réflexion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer