Budget 2016 à Shawinigan: le compte de taxes moyen bondit de 3,2 %

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, convient que... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, convient que la réalisation du budget 2016 a constitué, une fois de plus, un exercice complexe. Il est entouré d'Alain Gravel, directeur des services administratifs et du directeur général, Gaétan Béchard.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les contribuables de Shawinigan devront absorber une hausse moyenne de leur compte de taxes de 3,2 % en 2016, notamment en raison de l'ajout d'une tarification de 39 $ pour le contrôle des insectes piqueurs.

Disposant de peu de marge de manoeuvre, les élus ont décidé de refiler entièrement cette facture sur les comptes de taxes plutôt que de la partager avec une ponction dans ses surplus accumulés, comme en 2013 et en 2014.

Dans ses communications officielles, la Ville préfère parler d'une hausse moyenne de seulement 1,54 %, sans tenir compte du tarif sur les insectes piqueurs. Le maire, Michel Angers, mentionne que le budget est ainsi présenté pour que les citoyens prennent conscience des efforts qui ont été réalisés pour réduire les dépenses au minimum et de l'impact du retour du programme.

«Nous avons fait le budget avant de prendre cette décision», explique-t-il. «J'ai demandé de faire les efforts nécessaires pour amener la hausse du compte de taxes en bas de 2 %. Si nous étions capables, nous pouvions remettre le programme des insectes piqueurs. La hausse a été à 1,54 % et nous avons pris la décision, compte tenu que les gens le souhaitaient.»

L'an dernier pourtant, la Ville de Shawinigan avait annoncé une hausse du compte de taxes de 2,75 %... en tenant compte de l'élimination du tarif de 19,50 $ pour le contrôle des insectes piqueurs. Si elle avait alors décidé de mettre ces frais à l'écart de son calcul, la hausse moyenne se serait plutôt établie à 3,6 %.

M. Angers ne nie pas que dans les faits, la hausse du compte de taxes moyen s'établisse à 3,2 % en 2016. Il tenait toutefois à présenter la réflexion du conseil municipal d'une certaine façon, reconnaît-il.

«Je n'ai jamais eu peur de cacher aucun chiffre», lance-t-il fermement. «Ça ne fait pas partie de ma personnalité. Que le total donne cela, ce n'est pas plus grave que ça. L'important, c'est que les gens sachent qu'on a réduit (nos dépenses).»

En fait, le budget total à Shawinigan est passé de 78,6 à 80,3 millions $. La Ville a toutefois retranché 5,2 % à ses dépenses administratives, les réduisant de 12,3 à 11,7 millions $.

Revenus inespérés

M. Angers précise que sans la réduction de 1,128 million $ pour la desserte policière de la Sûreté du Québec en 2016, le conseil municipal aurait dû se résigner à abandonner le contrôle biologique des insectes piqueurs. Cette grâce survient parce que la population de Shawinigan est passée sous la barre des 50 000 personnes, modifiant ainsi la tarification pour ce service.

La Ville peut également compter sur la fin d'une généreuse entente avec la MRC de Maskinongé pour regarnir un peu ses coffres. En effet, un décret du gouvernement du Québec signé dans le cadre des fusions municipales, en 2002, prévoyait que pendant 14 ans, Shawinigan devait verser 75 % de la compensation du gouvernement fédéral pour le Parc national de la Mauricie à sa voisine. En 2015 par exemple, il s'agissait d'une somme de 425 000 $.

«En additionnant ces deux éléments, ça donne 1,5 million $», calcule le maire. «Ça nous permet de nous donner une petite marge de manoeuvre.»

M. Angers convient aussi que si la Ville de Shawinigan avait décidé de ne pas honorer la dernière année de son entente avec GDG Environnement pour le contrôle des insectes piqueurs, elle aurait sans doute dû payer une pénalité. L'entreprise trifluvienne avait accepté le report d'un an en raison des contraintes budgétaires provoquées par le pacte fiscal transitoire du gouvernement du Québec.

Le programme sera donc réactivé en 2016, au coût de 806 990 $, plus taxes. M. Angers considère que la Ville ne pouvait tout simplement plus se permettre d'utiliser ses surplus pour éponger la moitié de la facture. Voilà pourquoi la tarification passe de 19,50 $ à 39 $.

Pour le reste, les contribuables percevront une baisse de 1 % du taux de la taxe foncière générale, qui recule de 1,3869 $ à 1,3728 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. Rappelons que le nouveau rôle augmente de 2,25 % en 2016, mais cette hausse englobe tous les types de propriétés.

Les taxes pour le transport en commun et surtout, pour le service de la dette, sont réduites. Dans ce dernier cas, la Ville explique que les résidents du secteur Grand-Mère ont terminé le paiement de leur dette au moment de la fusion, tandis que ceux de Shawinigan-Sud l'ont réduit considérablement. Ces éléments influencent le calcul quand on établit une moyenne.

Enfin, outre la tarification pour les insectes piqueurs, tous les autres frais sont gelés en 2016.

Tarifs des services supralocaux: une annonce sera faite mardi soir

Le conseil municipal de Shawinigan adoptera ce soir, en séance régulière, un règlement sur la tarification des biens et services pour les non-résidents qui réserverait quelques surprises. Le maire, Michel Angers, n'a pas voulu en dire plus lundi.

En séance extraordinaire après l'adoption du budget et du programme triennal d'immobilisations, un avis de motion a été présenté en vue de l'adoption de ce règlement, mardi soir. On sait que les nouveaux tarifs imposés aux non-résidents pour la pratique d'activités à Shawinigan à compter de l'hiver 2016 suscite un tollé dans la région.

Mais aussi, certains citoyens se questionnent sur la règle qui veut qu'un citoyen qui possède des immeubles à Shawinigan, mais qui n'y réside pas en permanence, soit considéré comme un non-résident.

Dans le cadre de la présentation de son budget, M. Angers a confié qu'aucun montant supplémentaire n'était prévu en 2016 en ce qui concerne les services supralocaux.

Une étude réalisée par Raymond Chabot Grant Thornton établit à près de 520 000 $ la valeur des services dispensés à Shawinigan au bénéfice de citoyens de neuf municipalités avoisinantes. «Quand nous aurons obtenu des ententes, ça s'ajoutera au budget», mentionne le maire. «Ce n'était pas notre intention de prévoir des montants à ce moment-ci.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer