Michel Angers pense déjà à un troisième mandat

Le maire Michel Angers a déjà fait savoir... (François Gervais)

Agrandir

Le maire Michel Angers a déjà fait savoir qu'il a l'intention de se présenter aux prochaines élections municipales en 2017.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les politiciens demeurent généralement très prudents lorsqu'ils sont invités à parler de leur avenir, mais le maire de Shawinigan, Michel Angers, ne souhaite pas quitter l'hôtel de ville en 2017.

À la moitié de son deuxième mandat, l'homme de 56 ans possède toujours le feu sacré et tout indique qu'il proposera à nouveau sa candidature à la mairie lors du prochain rendez-vous électoral, dans deux ans.

«Si vous me demandez aujourd'hui si j'ai le goût de continuer, la réponse est oui», déclare-t-il. «Nous avançons bien dans notre processus de reconversion économique. Nous commençons à voir apparaître le fruit de notre travail. Je pense que les gens sont contents de l'évolution du conseil municipal. Je crois que l'orientation que nous avons prise est la bonne.»

«S'il y avait des élections demain et que vous me demandiez si je me représentais, la réponse serait certainement oui.»

Évidemment, le maire rappelle qu'il peut tout de même se produire toutes sortes de choses au cours des deux prochaines années qui pourraient modifier ses plans. Mais outre des considérations de santé pour lui ou ses proches, difficile de voir ce qui pourrait le convaincre de laisser sa place.

«Il faut absolument que je sois motivé à faire mon travail», indique-t-il. «La dernière chose que je veux, c'est me retrouver dans une zone de confort. Quand je me sens confortable, ça devient dangereux. J'ai besoin de défis, de changer des choses, de bouger. Sur ce plan, il nous reste encore pas mal de travail à faire.»

«Selon les commentaires que j'ai de mon administration, de mon conseil municipal, de ceux qui m'entourent, des citoyens, les gens aiment l'orientation que nous nous sommes donnée. Les commentaires sont positifs sur la réhabilitation des infrastructures, par exemple. Les gens me donnent une tape dans le dos pour ce grand virage et ils disent qu'on va dans la bonne direction. Ils apprécient le travail du conseil et possiblement le leadership que j'amène. J'ai énormément de plaisir!»

Difficile d'établir un nombre d'années à partir duquel on considère qu'un politicien s'accroche au pouvoir, mais le maire de Shawinigan croit que l'usure se manifeste lorsque l'inspiration tombe en panne ou que tous les objectifs ont été rencontrés. 

«À un moment donné, il faut penser à la relève, à une différente façon de faire ou de voir les choses», convient-il. «J'avais établi un plan de match pour faire un virage économique et ça va bien. Une mentalité à changer, ça prend au moins une dizaine d'années. Certains disent même 15 ou 20, mais à Shawinigan, je crois que nous sommes en avance.»

Michel Angers avait été élu à la mairie pour la première fois le 1er novembre 2009. Les citoyens lui ont renouvelé leur confiance le 3 novembre 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer