Angers veut réduire un impact de 650 000 $

Hôtel de ville de Shawinigan... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Hôtel de ville de Shawinigan

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La Ville de Shawinigan estime à 650 000 $ par année l'impact des redditions de comptes que ses fonctionnaires municipaux, principalement des directeurs de services, doivent rendre au gouvernement provincial. Une somme astronomique que le maire et membre du comité exécutif de l'Union des municipalités du Québec, Michel Angers, souhaite réduire.

Mercredi midi, les élus étaient invités à participer à une conférence web animée par Jean Perrault, qui vient de déposer son rapport sur la simplification des redditions de comptes des municipalités au gouvernement. Le document de 80 pages apporte de nombreux exemples qui illustrent la lourdeur du processus d'accompagnement et d'approbation que les administrations des villes et des villages du Québec doivent vivre avec les fonctionnaires provinciaux. Pas moins de 44 recommandations sont formulées pour corriger la situation.

Pour M. Angers, ce rapport constitue peut-être un point tournant dans les relations entre les deux paliers de gouvernement. Depuis son arrivée à la mairie, il a souvent pris de grandes respirations avant d'expliquer les retards de certains dossiers, particulièrement avec le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, mais aussi avec le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

À Shawinigan, l'impact de 650 000 $, un montant conservateur précise le maire, est obtenu en prenant en considération que 8850 heures sont consacrées par ses fonctionnaires à chaque année pour répondre aux nombreuses demandes des ministères. Pas moins de 132 personnes ont été touchées d'une façon ou d'une autre à l'hôtel de ville; en fait, l'administration municipale calcule que l'équivalent de 6,3 employés à temps plein sont mobilisés uniquement à ces tâches laborieuses.

«L'objectif est de réduire de 40 % la reddition de comptes au cours des deux prochaines années», souligne M. Angers. Pour Shawinigan, cette économie de 3500 heures équivaudrait à des salaires de 260 000$ consacrés à des fins plus constructives.

«Un fonctionnaire de Québec décide si on peut changer les limites de vitesse dans nos rues», cite le maire en exemple. «Dans notre schéma d'aménagement, ce sont des centaines d'heures et de rapports à envoyer. Ils nous corrigent et ils décident de l'organisation de notre territoire. Ils appliquent des mesures mur à mur. Ce qui touche Brossard ou L'Assomption est appliqué à Shawinigan.»

«Au ministère du Développement durable, il faut changer de philosophie, souhaite-t-il. «Ça prend une culture d'accompagnement et non travailler sur des principes.»

M. Angers attend donc la nouvelle politique, qui doit être inspirée de ce rapport, avec fébrilité.

«J'ai hâte de voir», commente-t-il. «C'est le ministre Moreau qui a fait la demande de ce rapport et la reddition de comptes fait partie du nouveau pacte fiscal. On veut changer la culture qui fait passer les municipalités de créatures à des gouvernements autonomes et responsables. Plutôt que rendre des comptes au gouvernement, nous voulons les rendre aux citoyens. Québec a une opportunité exceptionnelle de répondre à ces demandes historiques.»

M. Angers opine que l'adoption un peu controversée du dernier pacte fiscal reposait principalement sur cette délégation de pouvoirs tant recherchée par les municipalités.

«Pour beaucoup de monde, l'autonomie municipale, la reconnaissance du gouvernement de proximité et l'allègement de la reddition de comptes sont incontournables», tranche-t-il. «Si le gouvernement ne répond pas à ces attentes, qu'il a lui-même identifiées comme un irritant, on peut se demander ce qui va se passer. Il faut saisir ce moment.»

Plus de lampadaires

Alors que s'achèvent les travaux d'amélioration et d'embellissement sur la 5e Rue à Shawinigan, il serait bon de préciser que le comité exécutif avait accepté, l'été dernier, une directive de changement pour l'installation de lampadaires décoratifs.

En effet, dans le contrat initial, quinze lampadaires devaient être installés.

Or, la résolution adoptée par le comité exécutif porte ce nombre à 23 pour répondre aux besoins.

Subventions

Le comité exécutif de la Ville de Shawinigan a accordé les subventions suivantes au cours des derniers mois: Club de ski de fond Le Rocher (1410 $), Centre d'action bénévole de Shawinigan (500 $), Club de patinage artistique Les Tourne-Sol (100 $), Fabrique de la paroisse de Sainte-Théophile-du-lac pour la messe des artistes (500 $), l'Association pour la protection du lac à la Tortue (2200 $), la Cité de l'énergie pour le spectacle Dragao (10 000 $), le Centre Roland-Bertrand (100 $), l'Artisanat St-Paul (960 $), l'Union des producteurs agricoles (250 $) et l'Association de baseball mineur du grand Shawinigan (1000 $).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer