Shawinigan plus heureuse que le Québec

Des 35 principales villes du Québec, Shawinigan continue... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Des 35 principales villes du Québec, Shawinigan continue de se maintenir parmi les 10 villes dont l'indice de bonheur est le plus élevé.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Des 35 principales villes du Québec, Shawinigan continue de se maintenir parmi les 10 villes dont l'indice de bonheur est le plus élevé.

Indice relatif de bonheur a publié mardi le résultat de son enquête annuelle. Cet indice, qui prend en considération différents facteurs comme la santé, la famille et l'altruisme, s'élève à 77,9 dans la ville de l'électricité. Avec un pointage de 76, Trois-Rivières arrive à égalité avec le score amassé au Québec et fait partie de la vingtaine de villes dont l'indice est égal ou supérieur à la moyenne québécoise.

L'analyse des résultats obtenus auprès des Shawiniganais ayant participé à cette enquête démontre que ceux-ci ont identifié les finances et la liberté comme facteurs influents. 

La sérénité est aussi au nombre des facteurs influents ciblés par les Shawiniganais, qui se partagent le bonheur de façon similaire qu'ils soient homme ou femme.

«Shawinigan, c'est un peu comme un village gaulois, déclare Pierre Côté, président d'IRB. L'indice de bonheur demeure au-dessus de la cote québécoise de façon marquée malgré le contexte économique difficile et le profil sociodémographique.»

Le profil sociodémographique tient compte d'éléments comme le niveau de scolarité, le revenu et l'âge. Ce facteur est considéré comme négatif par les Shawiniganais. La situation vécue à cet endroit devrait logiquement entraîner un indice de bonheur plus faible, ajoute M. Côté.

«Le sentiment de liberté à Shawinigan est un des plus élevés au Québec. Les gens de Shawinigan sont sereins. Peut-être en ont-ils vu d'autres. Et l'altruisme est très fort. L'altruisme est mesuré en termes de dons de temps et d'argent. C'est fascinant que des villes plus pauvres aient des facteurs d'altruisme plus forts», indique M. Côté, qui sait par expérience que le lien entre villes plus riches et altruisme élevé n'est pas automatique.

Avec un indice de bonheur de 76, Trois-Rivières tombe pile sur la moyenne québécoise. Ses  citoyens ayant répondu au questionnaire mentionnent avoir une appréciation positive quant aux facteurs de sérénité, d'ouverture et de conscientisation sociale. Les facteurs reliés au travail et aux finances sont dans le négatif.

«Le profil sociodémographique est aussi dans le rouge, mais pas plus qu'à Shawinigan, précise Pierre Côté. Et on voit que les 55 ans et plus sont plus heureux. C'est une tendance québécoise.»

Trois-Rivières se situe entre la 15e et la 20e position au classement des villes ayant participé à l'indice de bonheur.

Pour connaître le résultat des villes ayant participé à cette enquête, il faut se rendre sur le site Web d'IRB: indicedebonheur.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer