Quelques mois de sursis pour les employés de Santé Canada à Shawinigan

Santé Canada à Shawinigan.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Santé Canada à Shawinigan.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Des employés du service de paye de Santé Canada, à Shawinigan, viennent d'apprendre qu'ils bénéficieront d'un sursis de quelques mois en raison de problèmes rencontrés dans les opérations à Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

François-Philippe Champagne, candidat libéral aux élections du 19 octobre dans Saint-Maurice-Champlain, a obtenu cette information au cours des dernières heures. Normand Pelletier, conseiller syndical à l'Alliance de la fonction publique du Canada, confirme que les employés viennent d'apprendre la nouvelle. Une rencontre est prévue sur le sujet d'ici la fin du mois.

Il y a bientôt un an, les 34 employés du service de la paye de Santé Canada, au centre-ville de Shawinigan, apprenaient que leurs fonctions seraient transférées à Miramichi. Mais il semble qu'au Nouveau-Brunswick, l'opération ne se déroule pas tout à fait comme prévu.

Magalie Picard, vice-présidente exécutive régionale pour le Québec à l'AFPC, indique que certains employés fédéraux accusent un retard pouvant aller jusqu'à six semaines pour le versement de leur paye en raison de cette réorganisation. Le système connaît des ratés.

«C'est complètement un non-sens de transférer ces postes à Miramichi», dénonce-t-elle. «Actuellement, ils ne sont pas capables de livrer la commande. C'est incroyable ce qu'on demande aux employés de Miramichi. Un dossier de paye, c'est complexe, mais on va quand même de l'avant les yeux fermés.»

Il reste présentement 16 postes à Shawinigan et le plan initial consistait à fermer le bureau en octobre. De source sûre, M. Champagne a appris, cette semaine, que ces fonctionnaires bénéficieraient d'un sursis de quelques mois.

«La mobilisation a porté fruit», se réjouit le candidat libéral. «Seize emplois sont confirmés jusqu'en avril 2016. C'est une nouvelle très positive pour les familles concernées.»

De son côté, selon les informations dont il dispose, M. Pelletier précise que ces emplois seraient maintenus jusqu'en février «au minimum» et possiblement jusqu'en avril.

«Le tout devrait être confirmé sous peu par Travaux publics Canada», indique-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer