Un surplus en baisse à Notre-Dame-du-Mont-Carmel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(NOTRE-DAME-DU-MONT-CARMEL) La Municipalité de Notre-Dame-du-Mont-Carmel doit se débrouiller avec un surplus un peu moins important qu'en 2013, une situation qui n'indispose pas trop le maire, Luc Dostaler, pour le moment. Mais il convient que le prochain pacte fiscal devra redonner un peu d'air, car les projets ne pourront être repoussés indéfiniment.

Le conseil municipal vient d'adopter les états financiers de l'année 2014, qui s'est conclue avec un surplus de 188 884 $. C'est près de 50 000 $ de moins que celui de l'année précédente, qui s'établissait à 236 161 $.

Bien entendu, ces excédents varient beaucoup d'une année à l'autre, compte tenu notamment des nouvelles constructions et des revenus de l'exploitation des carrières et sablières, peu prévisibles. Le conseil municipal a aussi décidé de faire certains choix à court terme pour maintenir l'équilibre, mais Québec devra honorer ses engagements pour permettre à la Municipalité de soutenir sa croissanceavec des infrastructures de qualité.

«Les sommes qui ont été amputées, comme les remboursements de taxes, c'est sûr que ça fait mal», explique M. Dostaler. «Il faut remettre des projets à plus tard. Par exemple, nous avons des problèmes d'entreposage de nos équipements. On parle d'un nouveau garage municipal, de lieux d'entreposage. Nous sommes toujours en location, mais éventuellement, on voudrait notre bâtiment à nous. Depuis quelques années, on attend. Même chose pour des achats de véhicules.»

«On peut toujours fouiller dans notre bas de laine, on peut faire des choix, mais à un moment donné, il y aura des incontournables et si les montants ne nous sont pas redonnés, la facture sera refilée aux citoyens.»

En 2014, le conseil municipal avait pigé 75 000 $ dans ses surplus accumulés non affectés pour l'entretien des cours d'eau. Cette année, un montant de 87 600 $ a été réservépour équilibrer le budget. Malgré tout, Notre-Dame-du-Mont-Carmel dispose toujoursd'un surplus non affecté de 683 442 $.

L'an dernier, les revenus de fonctionnement ont atteint 5,4 millions $, en baisse de 2 % par rapport à 2013 et ce, même si les revenus de taxes ont augmenté de 3,7 %. La baisse des transferts gouvernementaux, particulièrement ceux provenant de la taxe de vente du Québec et de la péréquation, s'est particulièrement fait sentir.

M. Dostaler convient toutefois qu'il ne mise pas beaucoup sur la péréquation pour les années à venir. Notre-Dame-du-Mont-Carmel avait reçu 82 000 $en 2013, une première en cinq ans.

Services

Lorsqu'il parle de croissance, M. Dostaler illustre que la nouvelle surface de dekhockey répond visiblement à un besoin de la population, avec la popularité que connaît cette activité. Il observe également que la croissance met de la pression sur les plateaux sportifs de la municipalité.

«On s'est approprié des terrains près de nos parcs sportifs et on voudrait bien les développer», mentionne-t-il. «On commence à être serré dans nos plateaux sportifs. Ça va nous demander des investissements majeurs.»

Cette croissance met aussi de la pression sur l'école Notre-Dame, qui attend aussi une demande d'agrandissement du ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Contrairement à Saint-Boniface, la Commission scolaire de l'Énergie n'entrevoit pas de problème en 2015-2016, mais dès l'année suivante, une solution devra avoir été trouvée.

«Le conseil municipal est très sensible à ce dossier», assure M. Dostaler. «Je vois que Saint-Boniface va prêter les locaux temporaires et on regarde ces choses de notre côté, nous aussi. Nous sommes prêts à faire notre bout de chemin, mais si on n'agrandit pas nos écoles, nous sommes condamnés à envoyer nos enfants à Shawinigan. Ça prend une solution à long terme.»

«Si les gens choisissent de venir vivre à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, l'une de leurs priorités est que leurs enfants fréquentent notre école primaire et pratiquent des activités que nous pouvons leur offrir. J'espère que le gouvernement en tiendra compte et ne se basera pas uniquement sur des données dans un livre qui, parfois, ne s'appliquent pas en région.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer