Une maison de soins palliatifs pourrait voir le jour à Shawinigan

Lise Landry, ex-mairesse de Shawinigan, a effectué un... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Lise Landry, ex-mairesse de Shawinigan, a effectué un retour en séance publique du conseil municipal mardi soir, cette fois à titre de présidente du conseil d'administration de la Maison des Trois colombes.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Déclaré cliniquement mort en 2011, le projet de centre de soins palliatifs la Maison des Trois colombes de Shawinigan reprend vie. Le conseil municipal lui a redonné des forces en assemblée publique mardi soir, en adoptant une résolution pour appuyer la réalisation de ce projet sur les terrains de l'Hôpital du Centre-de-la-Mauricie, dans le secteur Shawinigan-Sud.

Les élus ont aussitôt reçu un témoignage de gratitude d'une habituée de ces séances. En effet, l'ex-mairesse Lise Landry réapparaissait en assemblée publique mardi pour la première fois depuis son départ de l'hôtel de ville, en octobre 2009. Cette fois, elle s'y présentait en tant que présidente du conseil d'administration de la Maison des Trois colombes, un organisme sansbut lucratif constitué en 2014, trois ans après la dissolution d'une organisation à la même appellation qui n'était pas parvenue à faire lever le projet après sept ans de travail.

En juillet 2011, Yves Bordeleau, homme d'affaires bien connu et ex-conseiller municipal, avait mentionné que le manque de volonté du Centre de santé et des services sociaux de l'Énergie avait coulé le projet. Il ciblait plus particulièrement l'ex-directeur général, Guy Lemieux... qui fait maintenant partie du nouveau conseil d'administration de la Maison des Trois colombes!

Cette fois, Mme Landry compte bien mener le projet à terme. Les plans initiaux ont évidemment été conservés. La Maison des Trois colombes serait constituée de huit chambres.

Le conseil d'administration croit qu'il pourrait amasser les 1,2 million de dollars nécessaires à la construction de l'immeuble lors d'une campagne de financement, mais l'accord du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec demeure essentiel pour attribuer certaines ressources, dont des infirmières et des préposés à l'entretien. Par la suite, il ne restera plus qu'à obtenir le sceau du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette... et à recruter de précieux bénévoles.

L'ex-mairesse travaille sur ce projet depuis 2004, puisqu'elle faisait partie du conseil d'administration de la première version de la Maison des Trois colombes. Mardi soir, le maire, Michel Angers, a salué son «courage et sa persévérance» dans ce dossier. L'intervention de Mme Landry a été souligné par de chaleureux applaudissements.

Service manquant

Sur le territoire du CIUSSS, il existe bien la Maison Albatros à Trois-Rivières, ainsi que la Maison Marie-Pagé à Victoriaville et la toute nouvelle Maison René-Verrier à Drummondville. Mais on ne retrouve aucune unité autonome dédiée à cette délicate mission à Shawinigan, outre quelques chambres de soins palliatifs à l'hôpital et dans les centres d'hébergement et de soins de longue durée.

Bref, le besoin pour ce type de service ne fait aucun doute, surtout dans un bassin de population de 90 000 personnes particulièrement vieillissant. Par exemple, selon les prévisions de l'Institut de la statistique du Québec, Shawinigan et la MRC de Mékinac sont les deux seuls secteurs de la Mauricie qui comptaient plus de personnes âgées de 75 ans et plus que de 0-14 ans en 2014.

Voilà pourquoi Mme Landry est toujours demeurée à l'affût pour relancer cette idée, en compagnie du docteur Gaétan Bégin, un autre apôtre de la première heure. L'ex-mairesse n'a jamais cessé de mousser le projet dans son entourage et les commentaires reçus l'ont toujours convaincue de la nécessité d'une maison de soins palliatifs à Shawinigan.

En juin 2014, ils ont donc ressuscité l'organisme à but non lucratif et créé un nouveau conseil d'administration, complété par Raymond Forest, Marie-Claude Gauthier, Michel Marchand, Jacinthe Marchand, Pauline B. Daneault,Réjean Larocque, Denis Bouvette, Gilles Julien, de même que M. Lemieux.

«Je peux dire que nous sommes maintenant très, très avancés dans le dossier», sourit la présidente. La fermeture du centre d'hébergement Joseph-Garceau a permis de recueillir des meubles qui deviendront fort utiles dans cette nouvelle maison.

Mme Landry précise que l'une des huit chambres de la Maison des Trois colombes serait réservée aux enfants en phase terminale, pour éviter aux parents de la région de devoir se rendre à Montréal ou à Québec pour vivre cette pénible épreuve.

La porte-parole se croise les doigts pour que la construction soit entreprise cet automne vers une ouverture vers la fin de l'année 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer