École Sainte-Marie: une pétition de 2200 noms

Une quinzaine de parents et de membres du... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Une quinzaine de parents et de membres du conseil municipal se sont déplacés au bureau du député de Saint-Maurice, lundi matin, pour remettre une pétition de 2200 noms en faveur de l'agrandissement de l'école Sainte-Marie, de Saint-Boniface.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Même s'il existe des locaux disponibles à la commission scolaire de l'Énergie dans un rayon de 20 kilomètres qui pourraient accueillir des enfants de Saint-Boniface, le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère, croit que la particularité d'un milieu rural en pleine croissance démographique pourrait favoriser le projet d'agrandissement de l'école Sainte-Marie.

La mobilisation des parents de l'école Sainte-Marie de... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

La mobilisation des parents de l'école Sainte-Marie de Saint-Boniface s'est transportée au bureau du député de Saint-Maurice, hier matin, pour le dépôt d'une pétition de 2200 noms. Justin et Antoine Tremblay ont aussi remis un message de la part de tous les enfants pour demander au gouvernement d'accorder le projet d'agrandissement. De gauche à droite, on reconnaît les conseillers Louis Lemay et Jonathan Pilon; Claude Caron (maire de Saint-Boniface); Pierre Giguère (député de Saint-Maurice) et Marie-Ève Landry, porte-parole des parents.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Lundi matin, une quinzaine de parents se sont rassemblés à son bureau de circonscription, sur l'avenue de la Station à Shawinigan, pour expliquer les enjeux et lui déposer une pétition de 2200 noms de citoyens de la communauté qui tiennent à ces travaux. Les enfants ont aussi remis un message à leur député pour le sensibiliser à l'importance du projet d'agrandissement pour eux. Le tout sera transmis ce matin au ministre de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, François Blais.

En un mois, environ la moitié de la population du village a donc signifié son appui à cette cause, fait remarquer le maire, Claude Caron, également présent à cette rencontre. Il était accompagné des conseillers Jonathan Pilon, Louis Lemay et Jean Saint-Louis.

Le député de Saint-Maurice a dû clarifier sa position sur ce projet. La semaine dernière, il déplorait que la commission scolaire de l'Énergie n'ait pas pris ses responsabilités dans ce dossier. Jean-Yves Laforest, président du conseil des commissaires, l'a carrément accusé de propager les intérêts du Parti libéral du Québec avant de défendre sa population.

Pierre Giguère se mord encore les lèvres lorsqu'il commente l'attitude de la commission scolaire de l'Énergie dans ce dossier. 

«Elle a déposé un projet en connaissant très bien les contraintes et advenant un refus, en mettant la faute au méchant gouvernement», grommele-t-il. «Quand on connaît les contraintes, il faut les travailler et pas les amoindrir.»

M. Giguère convient qu'il est condamné à s'entendre avec la commission scolaire de l'Énergie pour favoriser la réussite du dossier. Par contre, il avoue qu'au moment où le gouvernement souhaite modifier cette structure décisionnelle, la collaboration devient un défi supplémentaire.

«Ça amène certaines difficultés, je l'ai ressenti la semaine passée», confie-t-il. «Mais on va passer par-dessus ça.»

Situation particulière

M. Giguère comprend que l'école Sainte-Marie se retrouve dans une situation particulière qui pourrait plus facilement justifier l'investissement recherché de 2,8 millions de dollars.

«J'ai une certaine prudence, parce qu'il y a un problème dans ce dossier, le fameux 20 kilomètres», rappelle le député. «Mais il y a aussi les réalités du terrain.»

«On tient à notre école à Saint-Boniface», ajoute

M. Giguère. «Ce n'est pas la même réalité qu'à Shawinigan pour les

enfants. (...) Ils n'ont pas le même vécu.»

M. Giguère explique que le maintien des enfants dans leur milieu favorise la participation aux activités culturelles et sportives dans le même environnement. Envoyer certains jeunes à Shawinigan pourrait compliquer la logistique parentale. Le député a aussi été sensibilisé à l'entraide entre les enfants à l'école Sainte-Marie, où les plus vieux guident les plus jeunes.

Le maire de Saint-Boniface, Claude Caron, fait remarquer que le service de garde de l'endroit se distingue déjà par son ampleur à la commission scolaire de l'Énergie, avec 350 enfants.

«Notre population grossit; nous avons deux importants développements résidentiels à venir», précise-t-il. «Il faut garder nos enfants à Saint-Boniface!»

Rappelons qu'en 2015-2016, la Municipalité accepte d'accommoder l'école Sainte-Marie en lui aménageant deux classes dans ses locaux. Il s'agit toutefois d'une solution temporaire, puisque la clientèle augmentera encore au cours des prochaines années. Six nouvelles classes deviendront nécessaires en 2018-2019 et impossible d'accueillir ces quelque 150 élèves supplémentaires à l'intérieur de l'édifice municipal, également utilisé comme centre communautaire.

«Il est déjà occupé à 100 %», fait remarquer M. Lemay. «Les gens ont été très coopératifs pour nous permettre d'ouvrir deux classes l'an prochain.»

Marie-Ève Landry, porte-parole des parents, s'est montrée satisfaite de cette rencontre et rassurée par les propos du député. La réalisation d'une vidéo illustrant une chaîne humaine autour de l'école fait toujours partie des plans pour maintenir la mobilisation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer