Noms de rues à Shawinigan: une manifestation pour un référendum

Diane Borgia, porte-parole de Shawinigan citoyens avertis, invite... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Diane Borgia, porte-parole de Shawinigan citoyens avertis, invite à nouveau les opposants au projet d'harmonisation des noms de rues devant l'hôtel de ville, le 3 mai en début d'après-midi.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Ceux qui s'opposent à l'harmonisation des noms de rues à Shawinigan pourront à nouveau se manifester publiquement le 3 mai à 13 h 30, devant l'hôtel de ville. Cette fois, l'appel qui sera lancé ne visera pas tant à réitérer une position déjà connue qu'à exiger un référendum pour trancher la question une fois pour toutes lors de la prochaine élection municipale, en 2017.

Shawinigan citoyens avertis ne lâche pas le morceau. Même si le maire, Michel Angers, ne bronche pas et maintient sa volonté de procéder à l'harmonisation des noms de rues en 2016, le groupe de pression amène le débat sur le terrain de la démocratie municipale.

«Je dirais qu'il doit y avoir à peu près 20 % des gens que je rencontre qui se demandent si ça va donner quelque chose», estime Diane Borgia, porte-parole de Shawinigan citoyens avertis. «Mais si nous avons une personne autoritaire devant nous, qui passe à côté de la démocratie, est-ce notre rôle de se fermer, de subir ou doit-on se tenir droit? Nous avons droit de parole et les élus - pas seulement le maire - ont le devoir de nous écouter.»

La proposition de référendum surgit de plus en plus souvent pour trancher ce débat. Après la dernière séance publique régulière du conseil municipal, M. Angers a fermé la porte à ce scénario.

«On parle toujours de coûts, de montants d'argent», faisait-il remarquer. «Il n'y aura pas de référendum, ça ne fait pas partie des intentions jusqu'à maintenant. Ça fait déjà un an et demi, près de deux ans que nous sommes continuellement en consultation avec nos citoyens.»

Cette interprétation de la démarche municipale indispose la porte-parole de SCA.

«Il a rallié une partie de la population en l'invitant à soumettre des noms de rues, pas en se prononçant sur le fond du projet», nuance-t-elle.

Comme en 2009

Mme Borgia croit qu'on pourrait réduire les coûts de cette consultation publique en la coordonnant avec la prochaine élection municipale, en novembre 2017. Un peu comme l'ex-mairesse Lise Landry avait procédé dans le dossier d'approvisionnement en eau potable, en 2009.

Lors de cette élection qui avait couronné l'arrivée de Michel Angers à l'hôtel de ville, les citoyens devaient choisir leur conseiller, leur candidat à la mairie et devaient aussi se prononcer sur leur volonté de changer leur source d'eau potable. Le scénario de la rivière Saint-Maurice était alors privilégié, mais le référendum avait permis de savoir que 61 % de la population rejetait cette source d'approvisionnement.

Une consultation à la prochaine élection impliquerait que le conseil municipal mette le couvercle sur la marmite pour deux ans et demi avant de connaître le verdict des électeurs.

«Il n'y a pas d'urgence», insiste Mme Borgia. «Qu'il mette son projet sur la glace et s'il est si convaincu de la nécessité, ce sera son leitmotiv pour la prochaine campagne électorale. En attendant, qu'il s'engage à mettre son projet sur la glace et à organiser un référendum en même temps que les prochaines élections.»

Mme Borgia voit dans cette proposition un signal qui démontre que contrairement aux prétentions du maire, Shawinigan citoyens avertis ne s'oppose pas à tout.

«Nous disons oui à un référendum et oui à la démocratie!», lance-t-elle. «Il ne peut pas dire qu'on est contre tout. En même temps que la prochaine élection, ça se ferait à coût zéro.»

«Le maire dit qu'il est confiant d'avoir la majorité de la population avec lui dans ce projet», termine-t-elle. «Laissez la population se prononcer! Si on se trompe et que la majorité est en faveur, nous nous rallierons.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer