Entrepreneuriat: Shawinigan demande de l'aide

À l'avant, le maire de Shawinigan, Michel Angers,...

Agrandir

À l'avant, le maire de Shawinigan, Michel Angers, a reçu les ministres Jean-Denis Girard et Pierre Arcand, lundi, au Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins. Il continue à marteler l'importance d'obtenir de l'aide pour financer cet ambitieux projet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le maire de Shawinigan, Michel Angers, a profité à nouveau de la visite de ministres du gouvernement Couillard, cette semaine, pour procéder à une petite tournée du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins et de DigiHub. Le financement de ces services demeure un défi important, de sorte qu'il réclame une aide de près d'un million de dollars pour leur exploitation.

Cette demande vise plus particulièrement à soutenir les opérations de la Communauté entrepreneuriale de Shawinigan, du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins et de DigiHub.

Jusqu'ici, le gouvernement provincial s'est impliqué deux fois dans le projet de conversion de l'ancienne Wabasso. En avril 2013, l'ex-première ministre Pauline Marois avait annoncé une subvention d'un million de dollars pour le centre d'entrepreneuriat. Cette somme provenait du Fonds Résolu, une enveloppe de dix millions de dollars financée par la multinationale du papier pour venir en aide aux communautés ébranlées par des rationalisations ou des fermetures d'usines.

En novembre 2013, l'ex-ministre péquiste Élaine Zakaïb débarquait également à Shawinigan pour annoncer une bonne nouvelle. Cette fois, un montant de 1,2 million $ était accordé pour la réalisation de la station du numérique, qui allait devenir DigiHub.

L'ambitieux projet de conversion de l'ancienne usine Wabasso, toujours en cours, est estimé à plus de dix millions de dollars. Outre les contributions du gouvernement du Québec, Rio Tinto Alcan a versé un million $ en 2012. En décembre 2013, Desjardins annonçait une contribution de 250 000 $ pour une période de cinq ans en guise de commandite pour l'appellation du centre d'entrepreneuriat.

L'an dernier, le conseil municipal a ajouté une subvention de 150 000 $ pour trois ans à la station du numérique. Au printemps 2014 également, le Centre d'excellence en efficacité énergétique annonçait une contribution de 535 000 $ au DigiHub pour l'acquisition et la mise en marché de la plateforme Energy Bureau.

La Conférence régionale des élus a aussi ajouté son grain de sel, en accordant 225 000 $ sur trois ans pour la station du numérique en juin 2014.

La Ville souhaite trouver d'autres partenaires pour soutenir le développement de ce vaste complexe de formation, d'incubation et de développement pour l'entrepreneuriat et l'univers des jeux vidéo. Lors de la dernière campagne électorale provinciale, le maire de Shawinigan avait avancé qu'une aide financière de 1,2 million de dollars sur trois ans serait réclamée au gouvernement pour l'exploitation du DigiHub. Il n'a toujours pas perdu espoir de recevoir un signal positif, malgré le contexte d'austérité budgétaire.

Voilà pourquoi, lundi, il a profité de la visite du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand et du ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional et responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard, pour proposer une nouvelle tournée du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins et de DigiHub.

M. Angers précise que l'aide gouvernementale apportée jusqu'à maintenant avait été investie dans les travaux de transformation. Il souhaite maintenant obtenir un coup de pouce pour l'exploitation de ces services.

M. Girard mentionne que le contexte budgétaire à Québec ne doit pas décourager les gens à présenter des initiatives, mais il se garde bien d'évaluer les chances de succès de cette demande.

«Tous les projets sont analysés», assure le député de Trois-Rivières. «Je dis aux gens de ne pas avoir peur de présenter des projets. Les gens se demandent s'il y a des fonds, s'il existe un programme. Beaucoup de projets se réalisent avec d'autres partenaires, autres que le Fonds de diversification (de Gentilly-2). Il faut regarder chaque projet indépendamment, son potentiel, la création d'emplois.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer