Sacki Carignan Deschamps se profile pour le Bloc québécois

Sacki Carignan Deschamps veut représenter le Bloc québécois... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Sacki Carignan Deschamps veut représenter le Bloc québécois dans le comté de Saint-Maurice - Champlain cet automne.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
La Voix de l'Est

(Shawinigan) Très discret au cours des derniers mois dans le comté de Saint-Maurice - Champlain, le Bloc québécois devrait organiser sous peu une soirée d'investiture pour identifier son candidat à l'élection fédérale du 19 octobre. Sacki Carignan Deschamps, fille de l'ex-député adéquiste Robert Deschamps, confirme déjà son intérêt.

Cette femme de 37 ans fait partie de l'environnement de la formation souverainiste depuis plusieurs années. Elle ne recule pas devant les débats; elle s'est d'ailleurs impliquée à plusieurs reprises dans une multitude d'enjeux.

Par exemple, notons sa participation à la 53e législature du Parlement jeunesse de l'Assemblée nationale du Québec en 2002-2003, où elle avait présenté un exposé favorisant la décriminalisation de la prostitution. Mme Carignan Deschamps avait aussi proposé 18 recommandations lors du passage de la Commission Bouchard - Taylor sur les accommodements raisonnables. En 2008, elle avait exigé plus de journalisme d'enquête pendant la consultation publique sur l'information locale du Conseil de presse et suggéré la création d'une Chambre des régions non partisane lors de la Commission de la représentation électorale du Québec. Elle s'intéresse beaucoup à la décentralisation des pouvoirs.

Mme Carignan Deschamps a obtenu un baccalauréat en sociologie à l'Université Laval en 2003 et une maîtrise à la faculté de droit et gestion à Paris en 2006. Elle a complété sa scolarité au doctorat en sociologie à l'Université Laval. Elle souhaite un jour rédiger sa thèse sur l'adaptation à la vitesse de l'homme contemporain dans son rapport à l'espace et au temps.

Présentement, elle enseigne dans une commission scolaire crie en plus d'être travailleuse sociale à la commission de la santé et des services sociaux de Waskaganish, dans le Nord-du-Québec. Elle habite à Shawinigan.

Sa formation et sa personnalité mettront assurément du piquant dans cette campagne. Rappelons que dans Saint-Maurice - Champlain, le libéral François-Philippe Champagne s'implique activement depuis plusieurs mois déjà. Jacques Grenier a été confirmé comme candidat conservateur en décembre. Du côté du Nouveau Parti démocratique, au moins deux candidats se seraient manifestés et une assemblée d'investiture pourrait être organisée en juin.

Débat d'idées

Sacki Carignan Deschamps a décidé de combattre le cynisme par une implication active en politique. Elle compte mener une campagne d'idées et surtout, forcer ses adversaires à exposer leur plan pour l'avenir de la région.

«J'ai une fille de dix mois», explique-t-elle. «J'ai une pile de dossiers dans un tiroir, que je retravaille à l'occasion selon l'actualité. Ce sont des solutions concrètes, réalistes aux problèmes des citoyens. Je serais malhonnête, par rapport à ma fille, si je n'essayais pas au moins une fois de réaliser certaines de ces idées.»

Un discours bien ambitieux, surtout dans un comté qui, en 2011, a élu comme députée une femme qui a passé la campagne électorale les deux pieds sur un pouf à Montréal.

«Je me sens prête», lance-t-elle fermement. «Je fais le pari que les citoyens sont plus intelligents que ce que la plupart du monde dit. Je suis tannée qu'on prenne les citoyens pour des imbéciles. Je suis tannée qu'on dise qu'ils ne comprennent pas, que ça ne les intéresse pas. Si on exprime bien sa pensée et que les médias font un traitement de campagne propre, apolitique, les gens sauront distinguer la coquille vide avec une grosse locomotive de la personne qui n'a pas cette grosse locomotive, mais du contenu, des idées et des capacités.»

La candidate à l'investiture du Bloc québécois considère que cette formation politique doit continuer à occuper une place à la Chambre des communes, tant que le Québec ne formera pas un état indépendant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer