Postes Canada n'impose pas l'élimination des secteurs à Shawinigan

Postes Canada n'exige pas le retrait du nom... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Postes Canada n'exige pas le retrait du nom des secteurs dans le processus d'harmonisation.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Postes Canada n'impose pas l'élimination des secteurs à Shawinigan dans le processus d'harmonisation des noms de rues en cours. La société d'État accompagne le conseil municipal dans sa démarche, tout en suggérant que pour les citoyens, l'uniformisation du nom de la ville pour l'ensemble du territoire leur facilitera la tâche pour leurs correspondances.

Au cours des derniers jours, plusieurs Shawiniganais ont communiqué avec Le Nouvelliste pour expliquer qu'après s'être informés auprès de Postes Canada, ils en déduisent que le maintien ou non des noms de secteurs ne ferait aucune différence dans la livraison du courrier.

Or, sur ce plan, la Ville de Shawinigan mentionne qu'à partir de l'an prochain, les gens ne devront plus écrire le nom de leur secteur, à la demande de Postes Canada.

Ceux qui tiennent à le conserver dénoncent la confusion. La semaine dernière, lors de la séance régulière du conseil municipal, les élus ont précisé que les noms des secteurs seraient maintenus sur les panneaux de signalisation qui délimitent leurs territoires, mais qu'ils ne pourraient plus être utilisés pour la correspondance officielle.

Chez Postes Canada, la porte-parole Anick Losier rappelle que le rôle de la société d'État consiste à accompagner les municipalités qui procèdent à l'harmonisation des noms de rues et à livrer le courrier. Que le nom d'un secteur apparaisse ou non sur une enveloppe ne change rien à cette mission.

Mme Losier souligne que lorsque deux noms de rues identiques apparaissent dans deux secteurs différents, les risques de confusion augmentent. Par contre, le processus d'harmonisation en cours éliminera les doublons. Une fois cette opération réalisée, pourquoi éliminer les noms des anciennes villes des adresses?

«Le commerce électronique devient de plus en plus important dans la vie des gens», illustre la porte-parole. «Quand ils rempliront un formulaire en ligne, ils verront qu'ils n'auront pas d'espace pour indiquer un nom de secteur. On veut que les gens prennent l'habitude d'indiquer leur adresse (officielle).»

Mme Losier reconnaît qu'un citoyen qui souhaite maintenir le nom de son secteur dans sa correspondance ne sera pas nécessairement lésé. Il peut observer un délai de livraison, sans plus.

«Nous, on s'assure que les adresses correspondent», mentionne-t-elle. «On ne fait pas de pression (sur les municipalités). On s'assure de suivre les instructions. Pour nous, c'est une question d'efficacité.»

«Dans l'harmonisation des adresses, il y a quatre éléments: le numéro de porte et le nom de la rue, la municipalité, la province et le code postal. Si vous ajoutez une ligne, ça ne va pas nécessairement causer un retour du courrier, mais dans bien des cas, vous n'aurez pas cette ligne supplémentaire, particulièrement pour le commerce électronique.»

Mme Losier comprend que certaines personnes tiennent absolument à leur nom de secteur dans leur adresse. «Nous, ce qu'on essaie de faire, c'est livrer le courrier», laisse-t-elle tomber. «Si nous devons livrer au 42, rue Ladouceur, au code postal J0A 1B8, on sait où ça doit aller.»

Du côté de la Ville de Shawinigan, François St-Onge, directeur des communications, maintient que Postes Canada ne souhaite pas que les noms des secteurs soient conservés dans les adresses postales. Il répète que l'information vient de Céline Gagnon, agente de projet pour Postes Canada, qui possède une vaste expérience dans les processus d'harmonisation au Québec. Elle a participé à toutes les séances d'information à Shawinigan. «C'est l'experte en harmonisation», résume M. St-Onge. «Chez Postes Canada, on nous dit qu'on ne peut pas maintenir les noms des secteurs. C'est ce qu'on fait. Notre responsabilité, c'est de faire une modification pour que ce soit sécuritaire. Nous voulons fournir aux gens une adresse officielle et conforme.»

Rappelons que la commission de toponymie analysera, au cours des prochaines semaines, une centaine de modifications suggérées au scénario présenté le 16 février, à l'Auberge Gouverneur. Le conseil municipal de Shawinigan doit adopter la carte définitive à la fin du printemps et les nouvelles adresses entreront en vigueur à compter de l'an prochain.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer