La dégringolade du transport en commun se poursuit à Shawinigan

Depuis la fusion, les autobus de la RTCS... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Depuis la fusion, les autobus de la RTCS ont perdu près de 50 % de leur clientèle.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Des facteurs conjoncturels et structurels ont entraîné une autre importante baisse de fréquentation à la Régie de transport en commun de Shawinigan en 2014. Avec 270 729 passages l'an dernier, il s'agit d'un nouveau plancher historique.

Le président de la RTCS, Jean-Yves Tremblay, fait remarquer que les travaux sur l'avenue de la Station expliquent une bonne partie de cette baisse d'achalandage de 3,15 % dans les autobus.

Effectivement, les mois de juillet, août et septembre ont sérieusement plombé les résultats de la dernière année. La RTCS a recensé 58 070 passages en plein coeur de l'été, une chute de près de 10 % par rapport aux 64 456 de 2013.

De plus, une baisse de 3,6 % est aussi observée en novembre et décembre 2014 par rapport aux mois comparables de l'année précédente. La descente du prix de l'essence pourrait expliquer ce phénomène.

Pour les facteurs plus structurels, comme à chaque année, M. Tremblay est impressionné par la quantité de voitures qui inondent le stationnement du Collège Shawinigan. Le défi de convaincre les étudiants de l'efficacité du transport en commun demeure colossal.

«Ils ont leur auto dès qu'ils peuvent conduire», constate-t-il. «En fait, c'est plus facile d'attirer les personnes âgées que les jeunes au transport en commun.»

Petit à petit, les chauffeurs d'autobus constatent aussi que les vélos deviennent une compétition redoutable à leur mode de transport en milieu urbain. De plus en plus de travailleurs adoptent cette saine habitude de vie, ce qui complique la recherche de nouveaux clients pour le transport en commun.

«Beaucoup de gens se véhiculent en vélo», observe M. Tremblay. «Ça leur fait de l'exercice. C'est une bonne habitude à prendre; on ne peut pas être contre ça! À la Ville de Shawinigan, nous devons avoir une dizaine d'employés qui viennent travailler en vélo.»

Au bout du compte, le constat demeure le même d'année en année: la RTCS ne parvient pas à renouveler sa clientèle. Depuis la fusion en 2002, le nombre de passages a fondu de près de 50 %, passant de 535 832 à 270 729. Au cours de cette séquence de 13 ans, la RTCS n'a connu une hausse de ses passages annuels qu'en deux occasions, en 2008, à la suite d'une forte hausse du prix de l'essence, et en 2012.

Il faut toutefois rappeler que le circuit Shawinigan-Nord a été abandonné au profit de l'Accès-bus en 2006. Néanmoins, la tendance est sérieusement ancrée: en janvier 2015, 19 861 passages ont été enregistrés dans le transport régulier, comparativement à 29 992 en janvier 2007.

Chaque année, la RTCS annonce des initiatives pour rendre le service plus attrayant, avec des succès visiblement mitigés. En 2015, un nouveau système de perception de billets sera installé près des chauffeurs. Une application permettra également aux utilisateurs de téléphones intelligents de suivre en temps réel le parcours des autobus sur les trois circuits. De plus, aucune hausse de tarif n'est appliquée cette année.

La RTCS finira aussi d'aménager de nouveaux abribus au cours des prochains mois. Le service Accès-bus en bénéficie, puisqu'il récupère quelques-unes de ces structures sur son circuit.

Par contre, les misères du service régulier se reflètent sur la fréquentation de ce complément. Le nombre de transports et de personnes véhiculées a même subi une dégringolade encore plus sévère en 2014, de plus de 20 % dans chaque cas. À 8715 clients déplacés l'an dernier sur l'une des lignes de transport régulier, la RTCS se retrouve loin de son objectif de 12 000 avancé en 2006. En fait, l'Accès-bus avait attiré un sommet de 13 681 personnes transportées en 2010. Ce nombre baisse continuellement depuis ce temps.

Dans ce contexte, la RTCS devra faire des acrobaties pour boucler son budget de 1,831 million $ en 2015. Malgré ce portrait, M. Tremblay insiste sur l'importance du transport en commun pour Shawinigan.

«C'est un service à la population, comme le déneigement des rues», image-t-il. «On digère la baisse et on tente de faire de la promotion!»

Le transport adapté s'en tire un peu mieux à Shawinigan. En 2014, 28 468 passages ont été recensés, une hausse de 6,3 % par rapport à 2013. M. Tremblay reconnaît que cette augmentation témoigne du vieillissement de la population et de la présence accrue d'une clientèle plus vulnérable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer