Shawinigan: les secteurs maintenus... sauf sur les adresses

À défaut de pouvoir les maintenir en vigueur... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

À défaut de pouvoir les maintenir en vigueur dans les adresses postales, les différents secteurs de Shawinigan conserveront leur nom sur les panneaux les identifiant comme tels.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Pour la dernière assemblée publique avant la fin de la période qui permet aux citoyens d'acheminer des suggestions au comité de toponymie, il fallait s'attendre à beaucoup de questions sur l'harmonisation des noms de rues mardi soir, à Shawinigan. Effectivement, la majorité des interventions ont porté sur ce sujet, mais la soirée a surtout permis au conseil municipal d'assurer que les noms de secteurs ne disparaîtront pas complètement du paysage.

Patrice Bolduc a profité de l'assemblée publique d'hier... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Patrice Bolduc a profité de l'assemblée publique d'hier soir, à Shawinigan, pour déposer une pétition de 1215 noms de personnes qui souhaitent le maintien de l'appellation de la 5e Rue au centre-ville.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

La précision a été apportée par la conseillère du district du Rocher et présidente du comité de toponymie, Lucie DeBons, à la suite d'une question posée par André Grosleau. Ce dernier lui a demandé si, dans le schéma d'harmonisation prévu, les noms des secteurs seraient maintenus. «Ils vont rester sur les affiches, mais ils ne peuvent pas rester sur les adresses», a répondu Mme DeBons.

Ce qui signifie qu'à l'entrée des secteurs, les noms des six anciennes municipalités qui se sont jointes à Shawinigan lors de la fusion garderont leur identité sur les panneaux routiers. Pour la correspondance par contre, seule l'appellation de Shawinigan survivra au processus.

M. Grosleau déplore que cette précision n'ait pas été faite depuis le début de cet exercice d'harmonisation. «Si vous conservez les noms des secteurs, c'est merveilleux!», sourit-il. «Mais j'aurais aimé vous l'entendre dire avant!»

Le maire, Michel Angers, rappelle que l'objectif de la démarche consiste à se conformer aux instructions de Postes Canada, soit d'éliminer les doublons et les noms des anciennes municipalités pour la correspondance, de même que faciliter le repérage avec les appareils de localisation modernes. «Nous voulons développer le sentiment d'appartenance à une ville», explique-t-il. «Nous en avons eu un bel exemple lors des Jeux du Québec et de la Coupe Memorial. Nous souhaitons une adhésion, mais personne ne veut enlever le sentiment d'appartenance aux secteurs. Je vais continuer d'aller à Grand-Mère ou de faire du vélo à Saint-Jean-des-Piles!»

En entrevue après la séance publique, le maire assure qu'en confirmant le maintien des panneaux d'identification des secteurs, le conseil municipal ne cherche pas à donner un prix de consolation aux opposants. «Ça n'a jamais fait partie de nos discussions», assure M. Angers. «Ce sera quand même Shawinigan partout, mais au conseil, on va encore parler des secteurs. On garde les appellations; ça ne disparaîtra jamais!»

Le maire mentionne que cette décision ne va pas à l'encontre de sa volonté de travailler à faire de Shawinigan «une seule ville». «Notre objectif, c'est l'harmonisation des noms de rues, enlever les doublons, avoir une seule adresse à Shawinigan», martèle-t-il.

PÉTITION

Cette question éclaircie n'a pas empêché plusieurs citoyens de se présenter au micro pour condamner le processus d'harmonisation des noms de rues en cours. Robert Houle, représentant du regroupement Shawinigan citoyens avertis, a carrément demandé aux élus d'abandonner ce projet «extrêmement coûteux, inopportun en période de vaches maigres».

Les échanges les plus corsés sont survenus entre le maire et Patrice Bolduc, qui est venu déposer une pétition de citoyens qui souhaitent maintenir l'appellation de la 5e Rue au centre-ville. Mise en ligne le 24 février, la démarche a recueilli 1215 appuis jusqu'ici.

M. Bolduc a profité de son passage pour dénoncer «l'inflexibilité» de Mme DeBons, malgré la présentation des assemblées publiques de consultation. «On la sent complètement fermée à l'idée de conserver nos numéros de rues à Shawinigan», déplore-t-il.

Quand le maire lui a demandé ce qu'il ferait avec les rues 1 à 5 dans le secteur Grand-Mère si la numérotation était maintenue au centre-ville, M. Bolduc a répondu qu'il existait un comité de toponymie pour se pencher sur cette question. «Je ne sais pas si ça prendra 2000, 3000 ou 5000 signatures», lance le citoyen. «Mais je sais que dans le cas de la mosquée, ça n'a pas pris 1200 signatures pour que vous changiez d'idée!»

M. Bolduc a également observé que le district de Mme DeBons n'était pratiquement pas touché par les changements de noms de rues dans le plan présenté le 16 février. Le maire s'est indigné de cette insinuation, en rappelant le professionnalisme du travail abattu par le comité de toponymie.

Ce dernier se réunira vendredi, à la fin du processus de consultation publique. Plus d'une centaine de propositions ont été reçues depuis la grande rencontre à l'Auberge Gouverneur et le maire a répété qu'il fallait s'attendre à des changements par rapport au scénario initial. «Tout ce qui a du sens, ça va fonctionner», résume M. Angers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer