Mobilisation pour sauver la Tablée populaire de Shawinigan-Sud

Thérèse Ayotte, responsable de la tablée Marcelle-Mallet, et... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Thérèse Ayotte, responsable de la tablée Marcelle-Mallet, et Nathalie Desrosiers, responsable des communications et des opérations pour les tablées de Shawinigan, montrent la pétitiion signée par près de 2000 personnes.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Sentant le tapis leur glisser sous les pieds, des bénévoles et des bénéficiaires du point de service Marcelle-Mallet du secteur Shawinigan-Sud organisent une manifestation devant leur local de la 5e Avenue, à compter de 9 h mardi matin, pour convaincre le conseil d'administration de la Tablée populaire de Shawinigan de maintenir intégralement ce service aux démunis.

Les habitués de la tablée Marcelle-Mallet sont invités... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Les habitués de la tablée Marcelle-Mallet sont invités à contribuer financièrement à l'organisation de la manifestation de mardi.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Thérèse Ayotte assure que la communauté se mobilise... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

Thérèse Ayotte assure que la communauté se mobilise pour ne pas perdre la tablée Marcelle-Mallet.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Une pétition circule depuis le 9 février et près de 2000 personnes ont signifié leur appui. Des affiches ont été conçues pour sensibiliser la population locale au sort de cette tablée.

Les usagers acceptent même de vider leurs poches pour se payer des pancartes. Vendredi midi, la mobilisation des moins nantis de la société avait permis d'amasser 12,40 $ jusque-là.

Les rumeurs qui circulent ont déjà produit des effets. Un homme d'affaires, qui ne souhaite pas être identifié, aurait offert de débourser une partie du loyer pour aider la Tablée populaire de Shawinigan à maintenir ce point de service, qui fête son 20e anniversaire cette année.

Rappelons que le conseil d'administration de la Tablée populaire de Shawinigan a convoqué une assemblée extraordinaire jeudi à 18 h, au point de service Mère d'Youville sur la 4e Rue. Les membres devront alors se prononcer sur une importante réorganisation et tout indique que celle-ci impliquerait la fermeture de la tablée du secteur Shawinigan-Sud.

Au début du mois, Philippe Nadeau, président du conseil d'administration, n'avait pas fermé la porte à ce scénario, ajoutant toutefois que «ce n'est pas parce qu'on réduit un point de service que les gens ne seront plus desservis.» En voyage, il n'a pu être joint au cours des derniers jours.

Dans l'esprit de Thérèse Ayotte, responsable de la tablée Marcelle-Mallet, l'orientation est déjà bien arrêtée au conseil d'administration. «Nous avons eu deux rencontres, avec la Tablée populaire et le Centre Roland-Bertrand», raconte-t-elle. «M. Nadeau a mentionné qu'il voulait fermer Shawinigan-Sud parce que ce n'était pas assez rentable.»

Selon le scénario qui circule, les bénéficiaires seraient invités à cueillir leur nourriture à un autre endroit dans le secteur à l'avenir, sans pouvoir manger sur place.

Or, la tablée agit également comme point de rencontre et d'échanges, rappelle Mme Ayotte. Il s'agit d'un volet important de sa mission, autant pour les usagers que pour les bénévoles. Sans compter que l'endroit sert également de centre de référence pour guider les démunis du secteur dans diverses situations, comme la préparation des rapports d'impôts.

Réflexion

La tablée Marcelle-Mallet alimente la réflexion depuis plusieurs années à la Tablée populaire de Shawinigan. De 2007 à 2010, elle était même fermée pendant sept semaines en été, mais la direction avait décidé de reprendre l'horaire régulier en 2011.

Au cours de la période de quinze mois se terminant le 31 mars 2014, les bénévoles avaient servi 8250 dîners aux démunis de l'endroit, comparativement à 15 961 à la tablée Mère d'Youville, et 12 264 à la tablée Élisabeth-Bruyère. Entre le 1er avril et le 31 janvier dernier, 4816 repas s'étaient ajoutés à la tablée Marcelle-Mallet, ce qui porte le total à 161 319 depuis son ouverture en 1995.

«Les gens de Shawinigan-Sud ont autant de besoins que ceux de Saint-Marc ou du centre-ville», rage Mme Ayotte. «J'ai des gens qui viennent ici à tous les jours depuis 15 ans. Des messieurs qui viennent prendre leur café, leur repas, qui s'assoient toujours à la même place.»

Nathalie Desrosiers, coordonnatrice de la Tablée populaire de Shawinigan, ne peut nier l'évidence. Elle craint aussi que le conseil d'administration élimine le point de service Marcelle-Mallet, surtout que le propriétaire de l'immeuble qui accueille cette tablée sur la 5e Avenue a été avisé que le bail ne serait pas renouvelé en juillet.

«La particularité à Shawinigan-Sud, c'est que beaucoup de gens passent le matin et laissent des dons», explique Mme Desrosiers. «Vont-ils continuer à donner si on ferme la tablée?»

Mme Ayotte en doute. «Encore mardi, j'ai eu trois gros plats de croustade aux pommes. Les gens sont très généreux à Shawinigan-Sud. Je place une pancarte dans ma vitrine pour dire qu'il me manque de la viande hachée, des pâtes, et les gens donnent. Pendant l'été, un marchand de fruits et légumes passe aux deux jours. Ces gens-là n'iront peut-être pas dans le bas de la ville.»

«Ça fait 20 ans que c'est ouvert; les gens sont habitués de venir manger ici», martèle Mme Ayotte. «J'en connais qui viennent à tous les jours et qui ne mangent pas le samedi et le dimanche, parce que nous sommes fermés.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer