Abolition du CLD: Angers dénonce le mur-à-mur

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Déjà agacé par les mesures gouvernementales qui le forcent à renoncer au CLD, le maire de Shawinigan, Michel Angers, ne prise guère les récentes bonifications au congé fiscal pour les grands projets d'investissement qui a pour effet de traiter sa ville au même titre que les grands centres.

La semaine dernière, le gouvernement du Québec annonçait qu'il abaissait de 200 à 100 millions $ le seuil d'investissement à partir duquel le congé fiscal s'applique. Or, une réduction additionnelle de 25 millions $ est accordée aux régions situées à plus de 150 kilomètres de Montréal et 100 kilomètres de Québec et Gatineau.

Conséquence? En Mauricie et au Centre-du-Québec, seules la MRC de Mékinac et l'agglomération de La Tuque voient le seuil d'admissibilité se situer à 75 millions $.

«On aurait pu l'abaisser aussi à 75 millions $ pour Shawinigan. On devrait tenir compte de notre réalité socio-économique. On n'a pas les mêmes capacités d'attraction que Montréal et Québec», a fait savoir celui qui juge désavantageux d'être «à une heure et demie» des grands centres.

À son avis, l'argument selon lequel «on ne peut donner à l'un pour ne pas avoir à donner à l'autre» ne tient pas la route dans la mesure, dit-il, que «si c'est bon pour un, ça pourrait l'être pour d'autres».

Interrogé au sujet de ce seuil d'admissibilité qui est le même pour la majeure partie de la région que dans les grands centres, le ministre responsable de la Mauricie, Jean-Denis Girard, considère que la région dispose d'une qualité de main-d'oeuvre et d'un coût de la vie qui s'avèrent «très avantageux».

De toute évidence, le maire Angers digère mal cet autre exemple d'approche mur-à-mur de Québec qui n'est pas étrangère à l'abolition du CLD Shawinigan.

«Ce n'est pas vrai qu'il n'y aura pas d'impact. Et il y a un flou artistique assez impressionnant autour des CRE. J'ai un certain doute que le développement économique soit la priorité du gouvernement», a-t-il conclu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer