Mosquée à Shawinigan: Angers lance un appel au gouvernement

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil.... (Photo: PC)

Agrandir

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil.

Photo: PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Michel Angers a profité de sa conférence d'information, vendredi, pour lancer un appel au gouvernement du Québec, plus particulièrement à la ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil et au premier ministre, Philippe Couillard.

«Je veux leur dire que les gens de Shawinigan sont des citoyens accueillants», lance-t-il. «Le devoir de la ministre et du premier ministre, c'est de les rassurer en prenant toutes les mesures nécessaires pour assurer la paix sociale et la bonne entente entre les communautés. Nous avons tous le devoir d'accompagner nos citoyens et de les aider à ne pas avoir peur.»

«Je leur demande, concrètement, de nous donner, le plus rapidement possible, la garantie que le gouvernement du Québec va assurer la sécurité de l'ensemble des citoyens. Nous voulons aussi travailler avec eux pour le rapprochement des communautés.»

À Québec, le MIDI a suivi les événements de la dernière semaine à Shawinigan.

Marie-Hélène Paradis, attachée de presse de la ministre Kathleen Weil, assure que le gouvernement comprend la décision du conseil municipal.

«On peut comprendre, parce que les gens entendent toutes sortes de choses de partout», mentionne-t-elle.

«L'information peut être très confondante, nous en sommes conscients. Mais il y a des immigrants qui viennent de partout et il faut que tout le monde apprenne à vivre ensemble.»

UN PLAN D'ACTION D'ICI JUIN

Mme Paradis rappelle qu'un nouvel énoncé sur la politique d'immigration est en cours. Par ailleurs, un groupe de travail sur la radicalisation a aussi été mis en place au gouvernement.

«Nous ferons un plan d'action d'ici juin pour essayer de prévenir ces choses», souligne-t-elle.

«Nous travaillons beaucoup dans la prévention, tandis que le ministère de la Sécurité publique est plus dans la surveillance. Tout le monde travaille pour que cette radicalisation, qui fait si peur aux gens avec raison, puisse être maîtrisée.»

«Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier», suggère Mme Paradis. «Il n'y a rien qui nous indique qu'il y a un danger à Shawinigan.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer