Autre réorganisation en vue à la Tablée populaire de Shawinigan

La tablée Élisabeth-Bruyère.... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

La tablée Élisabeth-Bruyère.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les membres de la Tablée populaire de Shawinigan sont convoqués à une importante assemblée générale extraordinaire, le 26 février à 18 h, au point de service Mère d'Youville sur la 4e Rue. D'importants changements structurels sont anticipés, mais rien qui puisse nuire au service des bénéficiaires selon le président de l'organisme, Philippe Nadeau.

Philippe Nadeau, président de la Tablée populaire de... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Philippe Nadeau, président de la Tablée populaire de Shawinigan.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

La tablée Marcelle-Mallet.... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.1

Agrandir

La tablée Marcelle-Mallet.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Après avoir surmonté une crise de liquidités en 2013, la Tablée populaire de Shawinigan se retrouve à nouveau sur la sellette. Pour M. Nadeau, des défis se pointent en ce qui concerne le financement à long terme de l'organisme. La Tablée populaire de Shawinigan est rendue à la croisée des chemins et les membres devront prendre une importante décision, le 26 février, pour l'avenir du service.

«Nous avons plusieurs pistes et c'est l'assemblée générale extraordinaire que nous avons mandatée qui votera pour la voie la plus appropriée parmi celles que le conseil d'administration va proposer», résume M. Nadeau. «Les deux voies que nous avons choisies visent à faire perdurer ce service essentiel et le rendre plus autonome financièrement.»

L'un de ces scénarios voudrait que le Centre Roland-Bertrand récupère la mission de la Tablée populaire de Shawinigan.

«Je ne peux pas en parler tant que le conseil d'administration n'aura pas entériné, mais je dirais que la voie qui, à mon avis, devrait être la plus appropriée devrait faire en sorte que plusieurs organismes fusionnent pour faciliter le financement et beaucoup de choses», glisse M. Nadeau. «Je ne veux pas anticiper le choix des membres, mais on veut rendre pérenne la tablée populaire et lui permettre d'avoir une meilleure synergie avec les autres centres autour de nous.»

Impossible, pour le moment, de connaître les conséquences de ce plan sur le personnel et sur les comptes en souffrance de l'organisme. Au Centre Roland-Bertrand, le directeur, Frédéric Trudelle, ne veut formuler aucun commentaire avant que les membres de la Tablée populaire de Shawinigan prennent leur décision.

Chose certaine, pour M. Nadeau, le statu quo n'est pas envisagé. «On voit les annonces du gouvernement», observe le président. «J'ai discuté avec le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Les choses vont changer. On anticipe les mouvements à venir et on se dit qu'on est plusieurs organismes, à Shawinigan, à piger dans les mêmes poches et à avoir la même clientèle. On pourrait donc rassembler les forces et aller de l'avant.»

La tablée Mère d'Youville.... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

La tablée Mère d'Youville.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

«Au départ, le Centre Roland-Bertrand, les Oeuvres des abbés Martel et Marcil et la Tablée populaire, c'était un seul organisme», ajoute M. Nadeau. «En raison de divergences d'opinions, ça s'est divisé. Il faut maintenant regarder ce qui est le mieux pour les organismes de Shawinigan pour avancer dans la même voie.»

M. Nadeau insiste, peu importe le plan retenu, les bénéficiaires ne verront aucun changement. «Le service se poursuivra de la même façon», assure-t-il. «Les usagers ne verront aucune différence.»

Pourtant, le président convient qu'une analyse sur la pertinence de maintenir les trois points de service n'est pas encore complétée. L'avenir de la tablée Marcelle-Mallet, dans le secteur Shawinigan-Sud, se retrouve dans la balance. «Dans tous les cas, ce n'est pas parce qu'on réduit un point de service que les gens ne seront plus desservis», nuance M. Nadeau. «Nous allons trouver des solutions pour maintenir le service à tous les endroits que la tablée populaire couvre actuellement. Ces services seront maintenus, quoi qu'il arrive.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer