2015: une année charnière pour le Centre d'excellence en efficacité énergétique

Donald Angers, directeur général par intérim et Hugues... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Donald Angers, directeur général par intérim et Hugues Lajoie, président du conseil d'administration, travailleront à assurer la pérennité du C3E en 2015.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le Centre d'excellence en efficacité énergétique de Shawinigan consacrera la plus grande partie de son temps en 2015 à convaincre les paliers provincial et fédéral de sa pertinence pour assurer sa pérennité.

Pour le moment, ni Québec, ni Ottawa ne s'est engagé pour un financement à long terme de l'organisme lancé en grande pompe en 2009. Le Réseau des centres d'excellence du Canada n'a pas retenu la demande de renouvellement d'aide financière l'an dernier, après avoir accordé au C3E une subvention de 9,623 millions de dollars en 2009 pour une période de cinq ans.

L'entente avait été prolongée d'un an, sans fonds supplémentaires, pour permettre d'appuyer plus de projets. Elle prend donc fin le31 mars 2015.

Pendant ce temps, Québec a décidé de retenir une subvention de 7,5 millions de dollars dans le cadre de sa stratégie d'électrification des transports 2013-2017. L'ex-gouvernement de Pauline Marois prévoyait accorder ce montant au C3E, mais les libéraux n'ont encore rien confirmé en ce sens.

Le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère, a déjà partagé ses préoccupations par rapport au bilan de l'organisme et à sa gestion. Une quinzaine de projets ont été appuyés financièrement depuis 2009, alors que le gouvernement fédéral en avait projeté 140 dans les technologies de l'énergie lors de l'annonce de la création de l'organisme. Un seul de ces investissements a été réalisé dans la région, au Digihub à Shawinigan.

Le C3E attend la confirmation d'une aide transitoire de 500 000 $ pour 2015 du gouvernement provincial, avant d'en savoir plus long sur son financement à long terme. Aucun projet d'investissement n'est prévu au cours des prochains mois, qui seront consacrés à la recherche de partenaires bien plus qu'à l'identification de nouveaux projets.

«Nous devons quand même assurer le suivi de nos prêts aux entreprises», précise Hugues Lajoie, président du conseil d'administration du C3E. «Plusieurs d'entre elles demeurent extrêmement prometteuses en terme de croissance et de création de valeur.»

Donald Angers continue à assumer la direction générale par intérim et Denis Marceau, la direction des finances. L'adjointe administrative a été remerciée et les communications sont maintenant confiées par contrat à Valérie Gauthier, qui occupait la même chaise auparavant comme employée.

Bref, les prochains mois s'annoncent déterminants pour l'avenir du C3E, qui doit solliciter des fonds publics dans une période où les gouvernements ont plutôt tendance à se serrer la ceinture.

«Nous avons plusieurs scénarios actuellement», commente M. Lajoie. «Nous voulons regarder à nouveau avec le fédéral. On travaille également avec d'autres fonds d'investissement avec des missions similaires, pour voir si nous pourrions développer des partenariats. Je reste très confiant. On demeure là en 2015, mais nous voulons aller plus loin. On cherche une pérennité.»

Plusieurs partenaires s'étaient engagés dans ce projet, autant pour offrir leur expertise qu'en soutien financier. M. Lajoie assure qu'Hydro-Québec et Rio Tinto Alcan demeurent au rendez-vous pour le moment. Mais tout le monde comprend que ces partenaires ne s'engageront pas à soutenir le C3E à long terme sans participation gouvernementale significative.

MISSION MODIFIÉE ?

Si le Centre d'excellence en efficacité énergétique poursuit ses activités au-delà de 2015, sa mission pourrait être plus circonscrite. En 2009, le nouvel organisme devait s'intéresser à l'énergétique du bâtiment, aux procédés industriels, aux bioprocédés, aux technologies de l'information et au transport.

En 2013, le gouvernement du Québec avait réservé un budget de 7,5 millions $ pour sa stratégie d'électrification des transports, qui pourrait se retrouver au coeur du mandat du C3E.

«Notre mission peut être adaptée aux besoins des pourvoyeurs de fonds», résume M. Lajoie.

La lettre d'intention pour une nouvelle aide financière auprès du Réseau des centres d'excellence du gouvernement du Canada devra être présentée le 6 mars.

«La tangente qui se dessine veut qu'on dépose un dossier sur l'efficacité énergétique, mais strictement dans le secteur des transports», explique M. Angers. «Au Canada, il n'y a pas beaucoup de centres de recherches qui travaillent en transport. On va jouer notre rôle de catalyseur !»

Rappelons que François-Philippe Champagne, candidat libéral aux prochaines élections fédérales dans le comté de Saint-Maurice - Champlain, siège au conseil d'administration du C3E. Il a déjà publiquement affirmé l'importance stratégique de cet organisme pour la région.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer