Acquisition du site Laurentide: «Ça regarde très bien», affirme Angers

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, est convaincu... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, est convaincu que l'offre de la Ville sera retenue dans la vente du site de l'ancienne papeterie Laurentide.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Produits forestiers Résolu possède maintenant toutes les soumissions pour guider sa réflexion dans la vente du site de l'ancienne papeterie Laurentide. Le maire Michel Angers demeure convaincu que l'offre de Shawinigan sera retenue, même s'il s'est fait prendre par des mirages avec cette compagnie dans le passé.

La multinationale donnait jusqu'au 31 janvier pour accueillir les propositions. Elle avait formulé un appel d'offres sur invitation, sans jamais dévoiler combien de soumissions avaient été sollicitées. Du 31 décembre 2014, elle a toutefois prolongé le délai de réponse au 5 janvier, puis au 31 janvier.

Trois représentants de Produits forestiers Résolu ont rencontré la Ville le 16 janvier pour prendre connaissance de sa soumission, déposée par la Société de développement de Shawinigan. Depuis ce temps, M. Angers déclare sur toutes les tribunes que les échanges ont été très positifs et qu'il s'attend à ce que la proposition préparée par son équipe soit retenue. Le maire répète que si ce scénario se concrétise, il possède «deux ou trois» promoteurs dans sa manche qui ne tarderont pas à soumettre leur projet.

Malgré cette confiance sans doute justifiée, il faut rappeler que Produits forestiers Résolu a réservé quelques camouflets à Michel Angers au cours des dernières années. Le maire a été irrité plus d'une fois par les méthodes de communication de la haute direction. Il s'était senti particulièrement berné en novembre 2012, lorsque la compagnie avait annoncé l'arrêt définitif de la machine no 10 alors qu'un mois plus tôt, la direction locale lui avait communiqué son optimisme pour l'avenir.

«Je pense qu'on a donné énormément comme communauté, jusqu'à maintenant», réplique le maire. «Les emplois, nous les avons perdus. On peut prendre une décision d'affaires, c'est une chose. Mais après, une fois que la compagnie quitte, comment peut-on collaborer avec la Ville pour la suite des choses? Si c'est intéressant pour eux, ce sera aussi bon pour leur image. C'est sûr que si le site va à quelqu'un de l'extérieur, je vais me demander si, à un moment donné, on pourrait avoir un peu de reconnaissance. Mais je sens sincèrement que cette fois, le message a passé.»

«Je ne peux pas affirmer hors de tout doute que la Ville sera retenue», convient-il. «Mais avec la qualité des échanges, l'ouverture de Produits forestiers Résolu... Ça n'a pas toujours été de cette façon. J'ai été passablement choqué au fil du temps. Mais à partir du moment où le mal est fait, il faut s'asseoir comme des adultes et négocier de la meilleure façon possible.»

Le maire ne craint pas d'afficher un excès de confiance qui pourrait provoquer une nouvelle déception avec cette compagnie. «Ce n'est pas la première fois que je négocie dans ma vie», souligne-t-il. «Ça regarde très bien. Je ne pavoise pas du tout, mais je suis confiant. Si je ne l'avais pas été, je l'aurais dit pour mettre une pression additionnelle.»

M. Angers réitère que selon PFR, il ne s'agit pas d'une simple question monétaire. Le prix offert ne dictera pas la décision finale, selon lui. Rappelons que Shawinigan compte sur le Fonds Résolu, très peu sollicité au gouvernement du Québec, pour acquérir ce site.

«La compagnie veut le meilleur repreneur possible et je pense que nous l'avons convaincue que ce serait Shawinigan», résume le maire.

Produits forestiers Résolu n'avance aucun échéancier pour rendre son choix public. Karl Blackburn, directeur principal, affaires publiques et relations gouvernementales chez PFR, indique simplement que la compagnie prendra «le temps nécessaire» pour évaluer les propositions.

De son côté, M. Angers s'attend à être fixé quelque part en février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer