Shawinigan veut être compensée pour les services offerts aux municipalités limitrophes

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, a dressé... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, a dressé un bilan de l'année 2014 en plus d'établir ses priorités pour 2015 hier midi, devant les membres de la Chambre de commerce et d'industrie.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La Ville de Shawinigan souhaite être compensée équitablement par les municipalités limitrophes dont les citoyens profitent des services et des installations à peu de frais.

Le maire, Michel Angers, a dévoilé cette stratégie mercredi midi, dans le cadre de son bilan 2014 et des perspectives 2015 présentés devant les membres de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan, à l'Auberge Gouverneur. Près de 120 personnes ont assisté à cette activité. En cette période de turbulence pour les finances municipales, la Ville procède actuellement à une étude qui pourrait lui permettre d'obtenir de nouveaux revenus en 2016. Fortement inspiré du modèle de Victoriaville, M. Angers mentionne qu'il serait temps que les résidents des municipalités contigües paient «le juste prix» pour bénéficier des services et des installations de la ville-centre. «Nous allons travailler sur une meilleure équité pour les résidents de Shawinigan», explique-t-il. «J'ai demandé au service des loisirs d'étudier les coûts réels associés aux différentes activités offertes à la population. Nous avons l'intention de faire payer le juste prix aux non-résidents qui utilisent nos services.»

Par exemple, le maire fait remarquer que le surplus exigé à des parents pour que leur enfant s'aligne avec une équipe de hockey de Shawinigan ne couvre pas entièrement le coût total de ce service. Il ne voit pas pourquoi les contribuables de sa ville devraient soutenir entièrement la différence.

Évidemment, la liste est longue. Les équipes sportives, les bibliothèques, les festivals ou les activités culturelles serviront de baromètre. Les visiteurs ne seront pas invités à payer directement leur part, mais la demande sera faite aux municipalités concernées afin que Shawinigan obtienne une juste compensation.

«Les gens participent à notre développement économique et on est contents de ça», assure le maire. «Mais on veut faire en sorte que la charge fiscale soit répartie sur tous ceux qui veulent en profiter. À Victoriaville, ça a créé un peu de remous, mais aujourd'hui, tout le monde est content.»

Et si le conseil municipal en question refuse de contribuer? «Pas de problème», tranche M. Angers. «Dans cette éventualité, on n'acceptera plus... Le jeune hockeyeur de Notre-Dame-du-Mont-Carmel ne pourrait plus jouer à Shawinigan, par exemple.»

«Être une grande ville, ça a des conséquences. On ne peut pas toujours demander aux citoyens de Shawinigan de payer et de compenser pour ceux qui demeurent en périphérie!»

Moins de turbulences?

Pendant près d'une heure, le maire est revenu sur 2014, une année en montagnes russes, en plus de communiquer certaines priorités pour 2015.

À pareille date l'an dernier, Michel Angers brûlait d'envie d'annoncer l'arrivée de FerroAtlántica et de Sotrem sur le site de l'aluminerie de Rio Tinto Alcan. L'histoire ne s'est pas tout à fait terminée comme prévu et le maire n'a pu s'empêcher de communiquer à nouveau sa frustration à la suite de la décision de la multinationale espagnole, qui a finalement choisi de s'établir à Port-Cartier.

M. Angers assure qu'il possède encore de très intéressants projets de développement économique dans ses cartons. Il réitère que l'exploitation des sites industriels laissés vacants par Rio Tinto Alcan et Produits forestiers Résolu demeure une priorité. Il glisse également que les actions de la communauté entrepreneuriale continuent d'attirer l'attention à travers le monde, de sorte qu'il se rendra à Dunkerque, en France, en juin.

Au cours de la prochaine année, le conseil municipal adoptera un nouveau schéma d'aménagement et travaillera sur la réhabilitation des terrains contaminés. Le développement du concept de «ville intelligente» fera aussi partie des priorités des élus. Le maire a également mentionné qu'il souhaitait vivement régler le dossier d'assainissement des eaux au lac à la Tortue en 2015.

Bref, une année moins spectaculaire que la dernière à prévoir?

«Quand je m'alignerai pour un long fleuve tranquille, ce sera l'année où je m'en irai!», réplique le maire, rappelant que les outils en place tels que le centre d'entrepreneuriat et Digihub permettront à Shawinigan d'accélérer son virage vers la nouvelle économie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer