Angers promet de suivre la SPA Mauricie de près

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, assure qu'il... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, assure qu'il suivra attentivement les efforts qui seront déployés par la SPA Mauricie pour atteindre l'autofinancement.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le maire de Shawinigan, Michel Angers, n'est visiblement pas intéressé à engloutir des centaines de milliers de dollars dans la Société protectrice des animaux de la Mauricie, avec qui la Ville a quand même signé une entente de service qui ne prend fin que le 31 mai 2017. Il assure qu'il suivra très attentivement les efforts qui seront déployés par l'organisme pour atteindre l'autofinancement le plus rapidement possible.

«Je ne vous cache pas que je trouve que ça coûte très cher, cette aventure-là», confie le maire, quelques minutes après l'adoption de son budget 2015. «Quand on est venu nous présenter ce projet, ça devait s'autofinancer. C'est le cas à Trois-Rivières. Or, j'ai hâte de voir comment ça va s'autofinancer, cette histoire-là.»

«En 2015, je vais jeter un oeil très attentif à ce qui se passe là», ajoute-t-il. «Je veux voir quand aurons-nous notre retour, parce que par les temps qui courent, nous n'avons pas trop d'argent. Je veux bien donner un service correct pour les animaux, mais s'il y a un budget, une organisation que je vais avoir à l'oeil en 2015, ce sera celle-là. J'ai besoin d'avoir des informations.»

Dans l'explication de certaines dépenses budgétaires, la Ville de Shawinigan publiait un communiqué de presse, le 15 décembre, dans lequel elle précisait que «les services pour le contrôle animalier augmentent quant à eux de 207 000 $».

Après vérification, François St-Onge, directeur des communications à la Ville, précise qu'il s'agit d'un «ajustement» par rapport au montant versé en 2014. Il assure toutefois qu'il ne s'agit pas d'une somme supplémentaire.

Rappelons qu'en vertu de l'entente de service, la Ville de Shawinigan rembourse les frais de gestion annuels de base sur présentation de factures, jusqu'à concurrence de 375 000 $. Elle fournit aussi gracieusement les locaux situés sur la 3e Rue, dans le secteur Grand-Mère. La Ville se charge aussi du paiement des dépenses d'entretien majeur, des frais d'éclairage, d'électricité et de chauffage.

Serge Marquis, directeur général de la SPA Mauricie, confirme qu'aucune demande de fonds additionnels n'a été formulée à la Ville de Shawinigan pour 2015. Du même souffle, il reconnaît que toutes les «cibles» n'ont pas été rencontrées pour cette première année complète d'exploitation. «Nos premières estimations nous permettent de penser que les cibles ne sont peut-être pas celles qui avaient été prévues», glisse M. Marquis, sans vouloir être plus précis avant le dépôt des états financiers de l'organisme. «Par exemple, nous avions peut-être surestimé le nombre d'adoptions. Avec notre page Facebook et le fait que nous sommes plus connus, on s'attend qu'à notre deuxième année, nous progresserons d'un cran.»

Cette situation fait en sorte que la SPAM n'a pas récolté les revenus attendus, mais également qu'elle a investi plus d'argent en raison des séjours prolongés des animaux abandonnés.

M. Marquis mentionne que le service d'adoption a débuté très lentement, une situation qu'il attribue à la méconnaissance de la population sur l'emplacement des nouveaux locaux. Une nouvelle activité portes ouvertes est prévue au printemps.

«Il faut considérer qu'en un an, nous avons procédé à l'implantation physique, à la formation de ressources humaines, à la tenue du recensement», énumère le responsable. «Malgré tout, nous sommes toujours en rodage.»

Pour la première fois en 2014, les chats ont été recensés à Shawinigan. En janvier, les propriétaires de ces animaux devront acquitter le paiement de leur licence, qui s'établit à 25 $ pour un chat non stérilisé et à 10 $ s'il l'est. Cette règle ne s'applique pas aux zones agricoles permanentes et aux limites extérieures au périmètre établi par la Ville de Shawinigan, qui correspond, grosso modo, au sud de l'autoroute de l'Énergie, à l'exception des secteurs Lac-à-la-Tortue et Saint-Georges.

L'été dernier, une dizaine d'employés de la SPAM ont visité 21 500 portes pour procéder à ce recensement. Environ 3500 chats et 4000 chiens ont ainsi été enregistrés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer