Infrastructures d'eau potable à Shawinigan: ça commence mal

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, précise que... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, précise que la firme qui sera retenue pour la gérance ne pourra soumissionner sur d'autres contrats, tels que le dépôt de l'offre de service, les études ou les plans et devis.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Neuf mois après avoir obtenu la confirmation de l'aide financière tant attendue du gouvernement du Québec pour rendre conformes ses structures d'approvisionnement en eau potable, la Ville de Shawinigan doit retarder un peu plus les travaux. Lors de sa dernière séance régulière, le conseil municipal a annoncé qu'il devra retourner en appel d'offres pour la gérance du projet.

Une résolution en ce sens a été adoptée en assemblée publique, mardi soir. Les montants des soumissions déposées ne sont pas entrés en ligne de compte, puisque les quatre firmes qui ont présenté une proposition ne sont pas parvenues à obtenir le pointage minimal requis.

L'appel d'offres avait été publié le 15 octobre et prenait fin le 4 novembre. Ce mandat, qui consiste essentiellement à fournir un gérant de projet, ne constituera évidemment qu'une mise en bouche sur l'ensemble des investissements requis pour réaliser ces travaux, soit quelque 64 millions de dollars.

Il s'agira du plus important contrat en infrastructures de l'histoire de la ville. Le projet prévoit la construction d'une usine de double désinfection pour le lac des Piles et d'une usine de filtration et de traitement pour le lac à la Pêche, l'aménagement d'une conduite d'alimentation de huit kilomètres au rang Saint-Mathieu, l'agrandissement d'un réservoir dans le secteur Grand-Mère, l'automatisation du barrage du lac des Piles et d'autres travaux connexes.

Lors de l'annonce de l'aide financière de 48 millions de dollars de Québec et d'Ottawa en février, la Ville prévoyait amorcer les travaux en septembre et les terminer à l'été 2017. Elle accuse donc déjà un retard et ce report n'accélérera pas les événements. D'ailleurs, dans le document d'appel d'offres, il est spécifié que la fin du projet est maintenant prévue le 30 juin 2018.

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, précise que la firme qui sera retenue pour la gérance ne pourra soumissionner sur d'autres contrats, tels que le dépôt de l'offre de service, les études ou les plans et devis.

«Elle ne pourrait pas se surveiller elle-même», fait-il remarquer. «Les firmes n'étaient donc pas très intéressées à ce mandat. Elles n'ont pas rencontré nos normes.»

En fait, lors d'une évaluation qualitative, les soumissionnaires doivent atteindre un pointage de 70 % pour être considérés. Quatre propositions avaient été reçues à la fin du processus, le 4 novembre. Or, ni Consultants Mesar, ni Génicité, ni eclipsO Design - Construction et ni Les Consultants S.M. inc. n'ont rencontré l'exigence minimale.

Dans ces conditions, la Ville ne prend même pas connaissance de la proposition financière des entreprises concernées. Les offres ont tout simplement été retournées aux soumissionnaires. La Ville reprendra le processus au cours des prochaines semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer