Cité de l'énergie: des choix difficiles sur la table

Le directeur général de la Cité de l'énergie,... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur général de la Cité de l'énergie, Robert Trudel travaille présentement sur divers scénarios en raison de l'effort d'austérité qui est demandé à divers organismes soutenus financièrement par la Ville de Shawinigan.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La Cité de l'énergie s'est prêtée de bonne foi à la demande de la Ville de Shawinigan de revoir l'entente financière qui unit les deux parties pour participer à l'effort d'austérité, mais la douloureuse ponction de 100 000 $ ne s'annonce pas sans conséquence. Le directeur général, Robert Trudel, travaille actuellement sur des scénarios amers qui pourraient aller jusqu'à la fermeture du centre de congrès d'Espace Shawinigan ou la fin de l'exposition Tout feu tout flamme en 2015.

Un des scénarios pourrait aller jusqu'à la fin... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Un des scénarios pourrait aller jusqu'à la fin de l'exposition Tout feu tout flamme en 2015.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

La Ville a rencontré la direction de la Cité de l'énergie la semaine dernière pour lui formuler sa demande. Le contrat entre les deux parties prévoyait le versement d'une aide financière totale de 580 000 $ en 2015. Compte tenu de l'impact du pacte fiscal transitoire, la Cité de l'énergie a accepté de mettre une croix sur un montant de 100 000 $. Elle ne recevra donc que 480 000 $ l'an prochain.

M. Trudel considère qu'il possède une entente blindée avec la Ville et qu'en ce sens, la Cité de l'énergie aurait très bien pu refuser la demande de l'administration municipale. Il semble toutefois que ce scénario ne lui ait pas traversé l'esprit.

«Nous comprenons que le gouvernement du Québec a coupé», rappelle-t-il. «La capacité de payer de la Ville est limitée et les citoyens sont surchargés.»

Par contre, quand il analyse plus attentivement cette décision, le directeur général constate que cette nouvelle réalité embrouille son budget. À ce retrait de 100 000 $ s'ajoutent des augmentations de dépenses déjà prévues de 120 000 $ en 2015 en raison de hausses de salaires du personnel et d'un autre bond des coûts d'électricité notamment. Le manque à gagner atteint subitement 220 000 $ et l'exercice devient alors plus complexe.

Voilà pourquoi, depuis quelques jours, M. Trudel jongle avec divers scénarios. Parmi ceux-ci, la fermeture du centre de congrès d'Espace Shawinigan, un attrait important pour attirer les grandes rencontres d'affaires entre septembre et juin, est envisagée. L'exposition Tout feu tout flamme, qui fait pourtant partie de la promotion de la période des Fêtes lancée la semaine dernière, est aussi sérieusement remise en question. Les traditionnelles coupes de personnel et la suspension d'investissements prévus se retrouvent également dans la balance.

«Ce sont des hypothèses très sérieuses», insiste M. Trudel. «Notre équipe travaille là-dessus et on devrait prendre une décision au début de l'année. Des miracles, je n'en ferai pas.»

Le directeur général convient qu'il n'avait pas communiqué ces dilemmes à la Ville lorsque la demande de coupe de 100 000 $ a été présentée. Il assure qu'il ne s'agit pas d'une stratégie pour forcer la main du conseil municipal.

«Ce n'est pas de la pression sur la Ville», appuie-t-il. «De toute façon, on n'accepterait pas de revenir en arrière. Nous avons décidé de faire notre contribution, de faire notre part et nous ne le regrettons pas. Mais il faut faire face à notre budget. La Ville a dû couper et refuser des demandes. Nous nous retrouvons dans la même situation.»

La pilule serait peut-être plus facile à avaler si la Cité de l'énergie pouvait déjà prévoir l'engouement que connaîtra la deuxième partie du spectacle d'Amos Daragon, Dragao, l'été prochain. Mais en attendant, Espace Shawinigan connaît une fin d'année décevante avec l'annulation de plusieurs partys du temps des Fêtes. Robert Trudel attribue cette situation à la période d'austérité budgétaire vécue dans divers ministères et organismes paragouvernementaux, qui réduisent ainsi leurs budgets pour ce type d'activité.

Dans ce contexte, le directeur général de la Cité de l'énergie confie que le statu quo «n'est pas une option».

«C'est sûr qu'il va y avoir des coupes», tranche-t-il. «Où ? Ça reste à voir. Actuellement, on travaille avec les chiffres. Il faut prendre les bonnes décisions et ne pas annoncer n'importe quoi.»

M. Trudel souhaite que ses démarches l'amèneront vers un généreux donateur au cours des prochaines semaines qui permettrait de tout maintenir à flot. Mais le temps presse.

«Je fais des contacts», s'encourage-t-il. «Il faut se donner toutes les chances.»

Modifications des ententes entre la Ville de Shawinigan et certains organismes pour 2015

Organisme Montant prévu /Montant versé /Écart /%

Cité de l'énergie 580 000 $ /480 000 $ /100 000 $ /17,2 %

Service d'aide aux nouveaux arrivants 50 000 $ /0 $ /50 000 $ /100 %

Corporation culturelle 882 000 $ /870 600 $ /11 400 $ /13 %

Parc de l'Île Melville 414 500 $ /408 700 $ /5800 $ /1,4 %

Office de tourisme, foire et congrès 740 793 $ /739 460 $ /1333 $ /0,2 %

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer