CGI sur la 5e Rue: un point tournant pour le centre-ville de Shawinigan

CGI a confirmé que son choix pour établir... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

CGI a confirmé que son choix pour établir son centre d'excellence à Shawinigan s'était arrêté sur La Promenade, en plein coeur du centre-ville.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) En arrêtant son choix sur l'immeuble situé au 444, 5e Rue à Shawinigan pour son centre d'excellence, la multinationale CGI pourrait provoquer l'électrochoc qui transformera le centre-ville.

Difficile d'établir un impact en chiffres pour le moment, mais si les 300 emplois annoncés en 2017 se concrétisent, les retombées se calculeront en millions de dollars annuellement.

Par exemple, Pierre-Olivier Morrissette, coordonnateur de projets à la Fondation Rues principales, un employé de bureau au centre-ville prend, en moyenne, un repas par semaine dans un restaurant situé à proximité dans un pôle régional comme Shawinigan.

«On peut penser que pour la restauration seulement, ça correspond à 15 $ ou 20 $ par employé, par semaine», illustre-t-il. «Ça peut aussi créer une habitude. Dans le commerce de détail, nos sondages démontrent que les travailleurs ont des préférences à visiter sur l'heure du lunch et après le bureau. Pour les commerces de proximité et de dépannage, c'est très bon. Enfin, on peut s'attendre à un impact sur le parc immobilier. L'idée est d'avoir plus de vie, autant le jour que le soir.»

M. Morrissette ajoute que la seule présence de CGI entraînera sans doute d'autres retombées à plus long terme pour le centre-ville de Shawinigan.

«C'est une compagnie internationale», rappelle-t-il. «Ça donne une bonne crédibilité au centre-ville. Ça amène un rayonnement qui pourrait éventuellement inciter l'arrivée de nouveaux acteurs économiques. La dynamique change !»

Mélanie Gélinas, commissaire au commerce au Centre local de développement de Shawinigan, fait remarquer que les gens d'affaires du centre-ville peuvent identifier assez précisément le moment où Revenu Québec est débarqué sur la 5e Rue, tant l'impact s'était fait sentir.

Rappelons qu'il s'agissait alors de 70 nouveaux emplois qui sont arrivés dans le même immeuble à l'automne 2011. Au début de l'année 2013, ils étaient transférés au Complexe Jacques-Plante. Revenu Québec emploie maintenant 130 personnes.

Or, si CGI accueille, comme prévu, 300 employés d'ici trois ans en plein coeur du centre-ville, les commerçants vivront une nouvelle réalité.

«C'est sûr que c'est un point tournant important», convient le maire, Michel Angers. «Quand 300 professionnels arrivent avec les salaires que vous connaissez, ce sont des gens qui vont souhaiter profiter du centre-ville, de l'animation, de la restauration. Pensons-y, 300 personnes qui débarquent, c'est quelque chose ! Ça adonne bien, le centre-ville s'est refait une beauté. Les astres sont alignés.»

Laurent Beaulieu, président du Regroupement des gens d'affaires du centre-ville de Shawinigan, accueille aussi cette nouvelle avec joie. Il mentionne que certains commerçants craignaient que CGI intègre le Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins, où la compagnie a décidé d'établir ses bureaux temporaires.

«C'est une grande nouvelle!», se réjouit-il. «Je suis persuadé que tous les commerçants s'en réjouissent, surtout après l'été que nous avons connu.»

Avec 300 nouveaux emplois dans un rayon assez limité,M. Beaulieu ne doute pas que ses membres y trouveront leur compte.

«Pour la restauration, ça devrait être très intéressant», réfléchit-il. «Elle s'est beaucoup développée au centre-ville au cours des dernières années. C'est dur de calculer les retombées, mais ça devrait être un très bon apport économique, surtout pour les dîners.»

M. Angers fait remarquer que cette nouvelle main-d'oeuvre devrait aussi entraîner de nouveaux besoins et ainsi, de nouveaux emplois.

«Est-ce qu'on pourrait avoir une garderie au centre-ville?», questionne le maire, en guise d'exemple. «Qu'on le veuille ou pas, ça aura un effet d'entraînement. Des commerçants vont sans doute saisir des opportunités.»

Cette bonne nouvelle tombe quelques jours après la réouverture de l'avenue de la Station, dont les travaux de réfection ont tant fait souffrir les gens d'affaires au cours des derniers mois.

«Vous connaissez l'année qu'ils ont passée en 2014, avec le chantier», rappelle Mme Gélinas. «Pour eux, c'est un beau cadeau de Noël et ça ouvre bien l'année 2015.»

Partager

À lire aussi

  • CGI: douce revanche pour Gestion I.B.L.

    Économie

    CGI: douce revanche pour Gestion I.B.L.

    On dit souvent que le temps arrange les choses. Cet adage sied bien à Gestion I.B.L., pour qui le départ de Revenu Québec de La Promenade au profit... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer