Quais du Saint-Maurice: de longues négociations avec Québec

Le maire de Shawinigan Michel Angers.... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Shawinigan Michel Angers.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Dès l'annonce du projet des Quais du Saint-Maurice, le 16 septembre 2013, des interrogations avaient été soulevées sur l'empressement à présenter ce développement ambitieux, mais prématuré en raison des nombreuses questions en suspens.

Quelques jours avant la conférence d'information sur cet investissement estimé à 32 millions $, le 30 août 2013, la Ville s'était fait répondre par le sous-ministre aux affaires municipales, Sylvain Boucher, que les modifications proposées au schéma d'aménagement pour convertir une zone en réserve en une zone d'aménagement prioritaire, dans le secteur Grand-Mère, ne rencontrait pas «les orientations gouvernementales en matière de gestion de l'urbanisation». Le développement des Quais du Saint-Maurice était directement visé.

Le projet de règlement avait été adopté le 11 juin 2013. Lors de la même séance, le conseil municipal avait annoncé l'acquisition de l'ancien karting Grand-Mère au montant de 437 000 $, une décision également liée au développement des Quais du Saint-Maurice, qui implique notamment la prolongation de la 28e Avenue vers la rivière.

M. Boucher jugeait que la Ville n'avait pas démontré que sa croissance justifiait l'agrandissement du périmètre urbain. Le conseil municipal est revenu à la charge le 1er octobre 2013, en soustrayant cette fois le volet résidentiel du projet de règlement de modification du schéma d'aménagement. La Ville a essuyé un nouveau refus du MAMOT, sensiblement pour les mêmes raisons.

Au fil des mois, le maire de Shawinigan, Michel Angers, ne s'est jamais trop formalisé de ces réserves. De toute façon, la Ville procédait à la refonte de son schéma d'aménagement, ce qui devait éventuellement permettre d'éliminer les zones de réserves qui empiètent sur les Quais du Saint-Maurice et en créer de nouvelles ailleurs sur le territoire.

Le premier projet de règlement sur ce nouveau schéma d'aménagement a été adopté en séance publique le 8 juillet dernier. Mais le 13 novembre, le MAMOT faisait parvenir à la Ville de Shawinigan un nouvel avis de non-conformité aux orientations gouvernementales.

«Les ministères consultés ont formulé des demandes et recommandations en matière de gestion de l'urbanisation, de conservation, de protection et de mise en valeur des territoires d'intérêt, de planification des équipements et des infrastructures et de mise en valeur intégrée des ressources», énumère Émilie Lord, coordonnatrice des relations de presse au MAMOT.

«La Ville va donc devoir retravailler son projet de schéma d'aménagement au vu des demandes et recommandations formulées par les ministères», ajoute-t-elle. «Lors d'une prochaine étape, elle devra présenter un règlement édictant le schéma d'aménagement et de développement révisé tenant compte de l'ensemble des demandes formulées par le gouvernement.»

Des discussions se déroulent également avec le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pour l'intégration de ce projet. Par contre, Stéphanie Lemieux, responsable des communications, assure qu'aucune demande d'autorisation n'est encore parvenue à la direction régionale de ce ministère.

Enfin, la Ville n'a toujours pas acquis les terrains situés sur le bord de la rivière, qui appartiennent à une compagnie à numéros et qui doivent être revendus aux promoteurs des Quais du Saint-Maurice pour leur permettre un accès complet au cours d'eau.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer