Nouvelle passerelle de l'avenue de la Station: pas avant le printemps 2015

La nouvelle passerelle est installée depuis quelques semaines... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

La nouvelle passerelle est installée depuis quelques semaines au-dessus de l'avenue de la Station, mais elle ne pourra pas être utilisée par les piétons avant l'an prochain.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La nouvelle passerelle de l'avenue de la Station ne pourra dévoiler toute sa splendeur avant le printemps 2015, lors de la dernière phase de cet ambitieux chantier de réfection et d'embellissement.

En effet, même si la circulation reprendra sous peu dans ce secteur, il restera des garde-corps à installer sur cette passerelle. Les piétons ne pourront donc pas l'emprunter avant le printemps. Un éclairage de la structure est également prévu.

La nouvelle passerelle procurera un tout nouveau coup d'oeil à la principale entrée de la ville. Cet investissement était estimé à 766 000 $ à l'origine, somme qui comprenait la démolition des anciens viaducs. D'ailleurs, cette décision est revenue sur le tapis lors de la dernière assemblée publique.

En effet, à la période de questions, Patrice Bolduc a demandé au maire pourquoi ces viaducs n'avaient pu être sauvés, étant donné que la firme Patri-Arche leur avait attribué une valeur patrimoniale «supérieure». En octobre, la Ville a dévoilé l'identité des 85 immeubles qui bonifiaient son inventaire du patrimoine bâti, parmi lesquels apparaissait le viaduc de l'avenue de la Station, qui venait d'être démoli.

«Ils ne respectaient pas la hauteur requise», explique le maire, Michel Angers. «Au moins une fois par année, un véhicule lourd devait dégonfler ses pneus pour réussir à passer.»

Le maire explique qu'au fil des années, avec les opérations de pavage, la chaussée a monté. La hauteur réglementaire pour permettre la circulation de véhicules lourds n'était donc plus respectée. Cette version des viaducs remontait à 1937.

«Les camions ont sans doute pris de l'ampleur aussi depuis ce temps», fait remarquer le maire. «On ne pouvait même plus réparer l'asphalte! Nous avons fait une évaluation des coûts. Nous avons convenu de rafraîchir la structure et en même temps, de permettre aux automobilistes qui arrivent sur la rue Cascades de pouvoir tourner à gauche sur l'avenue de la Station. Ce sera mieux dégagé et en plus, nous avons récupéré toutes les pierres. Nous ferons ainsi un bel escalier. Ce sera esthétiquement très beau, urbain et contemporain. Ce sera tout un coup d'oeil!»

M. Angers croit qu'il s'agissait de la meilleure avenue à emprunter, compte tenu du fait qu'il fallait, de toute façon, refaire les tabliers des anciens viaducs.

«C'est sûr qu'on souhaiterait que tous les bâtiments soient conservés, mais je pense que nous avons fait de très belles choses quand c'est possible», fait-il remarquer.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer