CGI: quatre sites sont à l'étude à Shawinigan

Émilie Proulx, chef de service aux communications pour... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Émilie Proulx, chef de service aux communications pour CGI.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Il ne reste plus que quatre sites susceptibles d'accueillir le centre d'excellence de CGI à Shawinigan. L'annonce devrait tomber à la fin du mois et si tout se déroule comme prévu, l'endroit choisi deviendra opérationnel en avril.

Au cours des dernières semaines, une dizaine de sites ont été visités pour accueillir le cinquième centre d'excellence au Québec de la multinationale des technologies de l'information. Or, quatre propriétaires ont été invités à soumettre une proposition dans le cadre d'un appel d'offres sur invitation, confie Émilie Proulx, chef de service aux communications pour CGI. Elle n'a toutefois pas voulu dévoiler l'identité des sites qui ont été approchés.

«On s'est donné jusqu'à la fin novembre pour étudier les propositions», souligne Mme Proulx.

Après Saguenay, Sherbrooke, Montréal et Québec, CGI implantera un centre d'excellence à Shawinigan. La compagnie estime que 300 personnes y travailleront dans un horizon de trois ans. Ces centres se spécialisent dans le développement et la maintenance de systèmes informatiques.

Comme prévu, la compagnie s'active à tisser rapidement des liens avec le milieu. Lundi, une rencontre très courue était organisée au Digihub avec des partenaires potentiels, notamment les institutions d'enseignement, pour démystifier les activités de CGI à travers le monde et le travail des centres d'excellence.

L'entreprise possède d'ailleurs un pied-à-terre au deuxième étage du Centre d'entrepreneuriat Alphonse-Desjardins pour faciliter ses opérations locales.

«C'est un bureau provisoire, pour que notre personne en charge de l'implantation ait un endroit pour travailler», explique Mme Proulx.

Intérêt

À la séance publique du conseil municipal mardi soir, quelques questions ont été soulevées à propos de l'arrivée de CGI. Tantôt pour soumettre des propositions de sites, tantôt pour tempérer l'enthousiasme suscité par cette annonce.

«Avant de parler de 300 emplois, commençons donc par 25», suggère Jean-Pierre Dufresne, qui rappelle que les Shawiniganais ont été déçus par des mirages économiques dans un passé pas si lointain.

Le maire, Michel Angers, ne fait toutefois pas partie des sceptiques. Selon ses discussions avec les dirigeants de CGI, il s'attend à pouvoir compter sur un centre d'excellence opérationnel à Shawinigan dès le mois d'avril.

Pour le reste, il répète qu'il ne souhaite pas intervenir dans le choix de l'entreprise pour son implantation... même s'il ne cache pas ses préférences.

«CGI fait ses choix», assure-t-il. «Nous savons qu'ils recherchent des pôles commerciaux. Ça fait partie de leurs critères, avec les éléments de cybersécurité. Nous savons aussi qu'ils sont habitués d'intégrer de vieux bâtiments et qu'ils veulent être locataires.»

«De notre côté, nous préférons aussi les endroits situés près des pôles commerciaux», ajoute M. Angers. «Le cégep a été construit dans un trou, probablement pour des considérations politiques. Nous avons aussi 1000 employés reclus au centre de données fiscales. Pour la revitalisation d'une ville, c'est toujours intéressant qu'un gros employeur s'installe dans un pôle urbain, que ce soit celui de Shawinigan, de Shawinigan-Sud ou de Grand-Mère.»

CGI a présenté ses résultats financiers pour l'exercice 2014 cette semaine. Les revenus de la multinationale ont frôlé les 10,5 milliards de dollars au cours de la période de douze mois se terminant le 30 septembre, avec un bénéfice avant intérêt et impôts de 12,9 %, à 1,356 milliard $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer