Fugère voudrait Angers comme allié

René Fugère... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

René Fugère

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Plutôt que dénigrer le travail de Recyclage Arctic Béluga, le maire de Shawinigan devrait vanter les mérites de cette entreprise afin d'assurer l'embauche d'une main-d'oeuvre locale lors des travaux à l'usine Laurentide, selon René Fugère, vice-président de ce spécialiste en démolition.

«Si je regarde combien y a-t-il de travailleurs de la Mauricie actuellement à l'Alcan, c'est zéro!», déplore-t-il. «Combien y en a-t-il du Lac-Saint-Jean? Il n'y a que ça! Si j'essayais de faire la même chose au Lac Saint-Jean, je ne me rendrais même pas à Alma.»

«Si le maire mettait autant d'énergie à nous appuyer, à dire que nous sommes une entreprise locale et qu'il faudrait tout faire pour que des travailleurs locaux soient là... Mais ce n'est pas ce qu'il fait. Il nous dénigre! Pourquoi ?»

La semaine dernière, le porte-parole de Produits forestiers Résolu, Karl Blackburn, mentionnait que ce qu'il avait vu à la Belgo ne correspondait certainement pas aux attentes de la multinationale en terme de reconversion de site. M. Fugère ne croit pas que cette controverse nuira aux chances de Recyclage Arctic Béluga d'acquérir l'usine Laurentide.

«Ça dépend qui jugera et qui veut-on faire travailler», analyse-t-il. «Est-ce qu'on veut faire travailler des gens de Sherbrooke, du Lac Saint-Jean, de Québec, de Montréal? On devrait peut-être s'asseoir ensemble et s'entendre pour s'assurer que ce soit ceux de la Mauricie qui feront le travail. Tout ce que je demande à Michel Angers, c'est de jouer son rôle de maire. Il devrait faire tout ce qu'il peut pour qu'une entreprise de sa ville ait ce site.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer