Le SSM et cinq écoles primaires récompensés

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Hérouxville) Cinq écoles primaires de la région ainsi que le Séminaire Sainte-Marie de Shawinigan ont reçu, mardi, les deux prix régionaux de reconnaissance Essor décernés annuellement par le ministère de l'Éducation et le ministère de la Culture.

Le prix Essor, rappelons-le, a été créé en 1996 dans le but de mettre en valeur les disciplines artistiques enseignées à l'école. Deux prix au maximum sont décernés dans chacune des 11 régions administratives du Québec. Les récipiendaires deviennent alors finalistes pour l'un des neuf prix nationaux qui seront remis l'hiver prochain.

Les gagnants de la région Mauricie et Centre-du-Québec, pour 2013-14, sont le Séminaire Sainte-Marie de Shawinigan, qui s'est associé avec des artistes des États-Unis spécialisés en maquillage de scène, ainsi que les écoles primaires La Croisière, Plein Soleil, Primadel, des Bâtisseurs et Saint-Gabriel-Archange qui ont réalisé des vitraux en collaboration avec l'artiste du verre Sylvie Leblanc de Trois-Rivières.

Pierre Duplessis, enseignant en arts au Séminaire Sainte-Marie a eu le grand bonheur de voir débarquer dans son école, l'an dernier, des maquilleurs professionnels de l'émission télévisée Face Off.

Cet événement est survenu par un concours de circonstances extraordinaire. Certains de ces maquilleurs étaient sur Facebook, dont le préféré de ses élèves, Tet Steinsick. Pierre Duplessis rêvait, l'an dernier, d'une simple conversation Skype entre lui et ses élèves. À sa grande surprise, l'artiste a plutôt demandé une rencontre face à face avec les enfants et s'est rendu à Shawinigan, en février dernier, avec une assistante afin de mieux travailler avec les 60 élèves impliqués. «Je pense que de voir que des jeunes de cet âge-là s'intéressent aux effets spéciaux, ça les motive beaucoup», analyse M. Duplessis.

Les élèves ont eu pour défi de réinventer un personnage d'Halloween, une sorcière, une fée, un squelette, un démon et un clown, en utilisant les techniques de maquillage employées pour le cinéma de science-fiction. Le projet a été réalisé en trois jours, raconte le professeur d'art en ajoutant que certains maquillages étaient dignes de Face Off.

L'expérience s'est tellement bien déroulée que les artistes américains ont demandé à revenir, dit-il. Cette fois, ils veulent inclure Gregg Cannom qui a remporté trois Oscars pour les films Benjamin Button, Dracula et Mme Doubtfire.

Du côté des cinq écoles primaires, pas moins de 300 enfants ont pris part au projet de vitraux de Sylvie Leblanc. «Chaque enfant faisait trois à cinq dessins chacun», dit-elle. Par la suite, c'est Mme Leblanc qui composait chaque image finale à partir de leurs dessins. Pas moins de 32 vitraux de grandeurs variées ont été ainsi réalisés.

Les oeuvres très colorées du projet intitulé L'Éclosion artistique sont exposées à Shawinigan, dans la région de Mékinac et à Trois-Rivières dans divers commerces, caisses populaires, hôtels de ville, écoles et corporations.

Les jeunes ont vite appris que pour pratiquer cette technique, il faut une très grande patience, de la persévérance et de la concentration puisqu'il faut déposer une goutte de peinture à la fois pour obtenir le fini désiré.

«Imaginez une goutte à la fois par des jeunes de 6 à 12 ans», dit-elle. Leurs efforts ne sont fort heureusement pas passés inaperçus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer