Une valeur supérieure pour un viaduc démoli

Le viaduc de l'avenue de la Station était... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le viaduc de l'avenue de la Station était considéré comme un immeuble de valeur patrimoniale supérieure, mais il est tombé sous le pic des démolisseurs l'été dernier. À tout le moins, sa base a pu être conservée.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'inventaire du patrimoine bâti à Shawinigan vient d'être bonifié de l'ajout de 85 immeubles, dont le viaduc de l'avenue de la Station... fraîchement démoli.

Il s'agit de la suite d'une démarche entreprise par la firme Patri-Arche, à l'automne 2009. Lors de cet exercice, 177 immeubles avaient été retenus pour leurs caractéristiques historiques. La firme vient de procéder à la bonification de cet inventaire et sur les 85 bâtiments ajoutés, douze présentent une valeur patrimoniale supérieure.

Or, parmi ces derniers, on remarque la présence du viaduc de l'avenue de la Station. Une situation un peu ironique, quand on sait que dans le cadre des travaux de réfection et d'embellissement de cette artère, la Ville a décidé de démolir cet élément caractéristique.

Dans la fiche historique, on rappelle que ce viaduc a été construit en 1937 et qu'il réservait un passage pour le chemin de fer et un autre pour les voitures et les piétons. Une première version avait été érigée en 1921.

«La valeur patrimoniale supérieure du viaduc de l'avenue de la Station repose sur son ancienneté, son usage, son design, son degré d'authenticité et son contexte», note la fiche d'information.

«Implanté près de la rue Cascade, il fait partie d'un secteur autrefois névralgique de la ville qui a accueilli la première gare de la localité et plusieurs commerces d'importance tels une banque, l'édifice Burrill ainsi que l'hôtel Vendôme.»

Or, cet immeuble de valeur patrimoniale supérieure sera remplacé par une passerelle illuminée pour les cyclistes et les piétons.

«L'inventaire a été fait avant la démolition», explique Claudine Drolet, agente de développement à Culture Shawinigan. «Je sais que des représentations ont été faites auprès du conseil municipal et elles ont permis d'obtenir certains gains, comme la conservation d'une partie de la structure du viaduc.»

Mario Lachance, président d'Appartenance Mauricie, confirme que les élus avaient été «sensibilisés» à la valeur patrimoniale de ce passage.

«Je ne sais pas pourquoi il n'a pu être conservé», commente-t-il. «C'est sûr que je suis déçu. Mais c'est certain que quand on milite pour la conservation du patrimoine, on perd certaines batailles et on en gagne d'autres. Dans ce cas, je suis déçu, mais je ne lapiderai pas le maire sur la place publique pour ça. La Ville a mis beaucoup d'efforts ailleurs pour mettre en valeur son patrimoine. Dans l'ensemble, je suis très satisfait des efforts qui sont faits. On n'a qu'à regarder ce qui s'est produit avec la Wabasso, par exemple.»

Une première

Parmi les douze immeubles de valeur supérieure qui ont été recensés dans ce nouvel exercice, neuf sont situés dans le secteur Grand-Mère. Le cimetière Union, au bout de la 10e Avenue, en fait partie. Tous les autres sont des maisons historiques, situées principalement sur les 4e et 10e Avenues.

Fait intéressant, tous les secteurs de la ville possèdent maintenant au moins un bâtiment à valeur patrimoniale. En 2009-2010, aucun immeuble répondant à ce critère n'avait été recensé dans le secteur Saint-Georges. Cette fois, cinq maisons ont été identifiées. Elles sont toutes situées sur la 102e Rue ou la 106e Avenue.

Mme Drolet rappelle que les propriétaires des maisons ciblées dans ce répertoire ne se retrouvent devant aucune obligation légale en terme de conservation ou de rénovation. Il s'agit plutôt d'un exercice de sensibilisation pour les encourager à conserver en bon état ces importants témoins du passé.

La Ville met d'ailleurs à leur disposition le guide d'intervention «Mettre en valeur le patrimoine bâti de Shawinigan», de même qu'un programme d'aide technique qui comprend l'accompagnement d'un architecte pour les projets de restauration.

Partager

À lire aussi

  • Quel avenir pour l'ancien cinéma Roxy?

    Shawinigan

    Quel avenir pour l'ancien cinéma Roxy?

    L'ancien cinéma Roxy illustre assez fidèlement les tristes moments vécus par le centre-ville de Shawinigan avant sa remise en forme des dernières... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer