Parc industriel: un changement de vocation qui s'explique par un nouveau contexte

À défaut de grandes entreprises, le parc industriel... (Photo: Émilie O'Connor, Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

À défaut de grandes entreprises, le parc industriel situé dans le secteur Saint-Georges pourrait accueillir des PME.

Photo: Émilie O'Connor, Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le maire de Shawinigan laisse entendre que son ouverture pour un changement de vocation au parc industriel de Saint-Georges s'explique aussi par un nouveau contexte.

«Nous avons deux sites que nous n'avions pas avant», rappelle-t-il, en parlant de ceux de l'aluminerie et de la papeterie. «Quand nous avons fait les acquisitions pour le parc industriel à grand gabarit, ces sites n'étaient pas disponibles. À ce moment, nous avions Rima dans le décor.»

Depuis cet épisode, le maire précise que deux firmes spécialisées en recherche de sites industriels se sont enquises du cas du parc de Saint-Georges. Ce qui démontre, selon lui, qu'il existe toujours un certain intérêt.

Par contre, le maire glisse qu'il en coûterait entre 18 et 20 millions $ à la Ville de Shawinigan pour prolonger les services d'électricité, d'eau et de voie ferrée au parc industriel Saint-Georges.

«Nous avons déjà tout ça sur les sites de Rio Tinto Alcan et de Produits forestiers Résolu», fait-il remarquer. «Ce sont des installations très attractives. Allons-nous transformer ces sites pour la petite et moyenne entreprise et garder l'autre à grand gabarit? On ne le sait pas encore. Des données nouvelles sont arrivées. Il n'y a rien de pire que d'être statique et de dire que ce qui est là demeurera toujours comme ça.»

Si jamais les sites industriels actuels affichaient complets un de ces jours, il faudra bien regarder ailleurs, ajoute le maire pour justifier sa soudaine ouverture.

Or, selon le portail de la Ville, les parcs Albert-Landry, Albert-Thibeault, Jacques-Marchand, J.-Armand-Foucher et le Technoparc possèdent ensemble une superficie disponible de 655 000 mètres carrés, dont 400 000 sur la rue Burrill.

Il faudra bientôt ajouter les espaces de Rio Tinto Alcan et de Produits forestiers Résolu pour compléter le portrait des sites pouvant accueillir des PME à Shawinigan.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer