Saint-Mathieu-du-Parc: un surplus trompeur

Claude Mc Manus, le maire de Saint-Mathieu-du-Parc.... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Claude Mc Manus, le maire de Saint-Mathieu-du-Parc.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Mathieu-du-Parc) Les états financiers d'une municipalité recèlent souvent des petits secrets ensevelis sous une montagne de chiffres. À Saint-Mathieu-du-Parc par exemple, l'exercice 2015 s'est conclu avec un excédent de 271 270 $, mais 70 % de ce montant a été rendu possible grâce à une affectation du surplus accumulé au budget.

La pratique est courante dans les petites municipalités, afin d'éviter un trop lourd fardeau aux contribuables. En 2014, le conseil de Saint-Mathieu-du-Parc avait pris la décision d'affecter 192 000 $ au budget de l'année suivante. Une somme qui a grandement contribué au surplus, convient Valérie Bergeron, directrice générale à la Municipalité.

«Nous avons pris ce montant pour diminuer le taux de taxation pour 2015», mentionne-t-elle. «Si on l'enlève, on arrive avec un bénéfice d'environ 80 000 $ sur un budget de 2,8 millions $.»

En 2016, les élus ont affecté 100 000 $ de leur excédent de fonctionnement à leur budget pour les mêmes raisons. Au 31 décembre 2015, Saint-Mathieu-du-Parc bénéficiait d'un surplus non affecté de 521 677 $.

Les élus ont dû se débrouiller avec une très faible croissance des revenus en 2015, à seulement 0,6 % par rapport à l'année précédente. Les revenus de taxation ont défié la tendance, avec une hausse de 4,9 % à 2,3 millions $. De plus, une nouvelle compensation tenant lieu de taxe du gouvernement du Québec est venue donner un peu d'air à la Municipalité. Grâce au nouveau gymnase de l'école de la Tortue-des-bois, ce revenu est passé de 4218 $ en 2014 à 17 372 $ l'an dernier.

Dans ses activités d'investissement, la Municipalité a bénéficié d'une aide financière de 648 373 $ pour la réalisation de la station d'épuration des eaux usées du secteur de la montagne.

Du côté des dépenses, les principaux postes budgétaires n'ont subi que de très légères hausses par rapport à 2014. Même que le plus important, celui des transports, a été réduit légèrement pour s'établir à 937 162 $.

«Nous avons mis moins de pierre concassée sur nos chemins, donc moins de transport», indique Mme Bergeron, qui estime sommairement cette économie à une dizaine de milliers de dollars. «Mais il faut se rattraper cette année!»

L'excédent de fonctionnement en 2015 s'établit à 818 911 $, somme qui comprend toutefois la subvention de 648 373 $ pour le traitement des eaux usées et une autre de 20 000 $ pour des travaux de voirie. Le surplus de 271 270 $ est obtenu après l'opération de conciliation à des fins fiscales.

Les états financiers 2015 établissent à 2,447 millions $ la dette à long terme de la municipalité. Par contre, l'endettement total net à long terme s'arrête à 1,779 million $, en considérant notamment les subventions à recevoir du gouvernement du Québec. La quote-part de 327 110 $ dans l'endettement de la MRC de Maskinongé est comprise dans ce calcul.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer