Installations sportives: importantes rénovations d'ici 2021

Déjà, en 2014, Le Nouvelliste faisait état de... (François Gervais)

Agrandir

Déjà, en 2014, Le Nouvelliste faisait état de l'état lamentable du terrain de soccer et des estrades de l'UQTR.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Plusieurs installations sportives de l'UQTR seront réparées et améliorées d'ici 2021. Le conseil d'administration vient en effet d'adopter une résolution afin de présenter un projet de réfection dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur.

Des discussions sont aussi en cours entre l'UQTR et des partenaires du milieu afin de compléter le montage financier de ce projet.

Selon ce qu'on peut voir du contenu du portefeuille des projets immobiliers de l'UQTR pour 2016-2021, le fameux projet de Centre d'excellence régional académique, lancé puis abandonné sous l'ancienne administration Ghazzali, demeure lettre morte. On sait que l'UQTR a aussi officiellement annoncé qu'elle renonçait à son projet de football.

Les projets de rénovation que l'administration McMahon veut concrétiser visent plutôt les irritants majeurs du Centre d'activité physique et sportive (CAPS) et de ses installations extérieures.

Ces projets visent d'abord la surface synthétique de la piste d'athlétisme qui sont en piteux état, incluant un système de drainage, appareils d'éclairage et estrades.

En mai dernier, l'UQTR avait décidé de fermer la piste d'athlétisme parce qu'elle était devenue carrément dangereuse pour les usagers. Il s'agit d'un projet de 2,5 millions $ à lui seul.

L'UQTR veut aussi refaire son terrain de soccer et les installations connexes à celui-ci.

Plusieurs travaux majeurs sont aussi prévus à l'intérieur du bâtiment du CAPS.

Le pont mobile de la piscine qui est usé, corrodé et qui présente lui aussi des risques pour la santé et la sécurité des usagers sera rénové, ce qui permettra d'en prolonger la vie utile.

Il faut s'attendre aussi à d'autres importants travaux à la piscine, d'ailleurs. Son plancher sera entièrement refait au coût de 890 000 $. La céramique au périmètre et en surface aura 25 ans, en 2020. Malgré plusieurs réparations, un remplacement majeur est donc prévu. Même chose pour la céramique à l'intérieur du bassin. La piste de jogging intérieure fera elle aussi l'objet d'importants investissements puisque le revêtement de sol sera remplacé. Il y aura aussi démantèlement et réinstallation des garde-corps.

Finalement, le mur mitoyen de la salle d'entraînement haute performance sera démantelé. C'est que la configuration actuelle de cette salle ne permet pas une surveillance visuelle constante. Or, il y a eu, dans le passé, un incident avec un usager sans que ce dernier n'ait pu recourir à de l'aide rapidement. Les travaux à faire impliquent donc la démolition du mur en blocs de béton ainsi que des travaux d'électricité et de mécanique de même que l'installation d'un nouveau revêtement de plancher.

Il n'a pas été possible d'obtenir une entrevue avec un représentant de l'UQTR pour en savoir plus sur ces projets. L'aide gouvernementale ne peut excéder 50 % du coût initial admissible jusqu'à concurrence de 7,5 millions $.

Rappelons que l'UQTR n'est pas au bout de ses peines en termes de travaux au CAPS. De la pyrrhotite a en effet été détectée dans l'agrandissement du bâtiment, au niveau des gymnases. Certaines zones du CAPS contiendraient un taux de 0,61 % alors que la limite fixée par le jugement phare du juge Richard, en cour supérieure, a été établie à 0,23 %. Selon l'UQTR, il y a absence de risques à court et moyen termes pour les usagers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer