Élection présidentielle: pour cibler les principaux enjeux

Une cinquantaine de personnes ont assisté à la... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Une cinquantaine de personnes ont assisté à la table ronde sur les enjeux de l'élection présidentielle américaine organisée par l'Université du troisième âge.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À une semaine du scrutin, l'Université du troisième âge de l'Université du Québec à Trois-Rivières a tenu, mardi soir, une table ronde afin de présenter les principaux enjeux et les implications de l'élection présidentielle américaine.

Animée par le professeur retraité Christian Bouchard, cette conférence a permis à la cinquantaine de personnes présentes d'entendre les points de vue sur le sujet des professeurs Francis Langlois (histoire), Luc Blanchette (psychologie) et Daniel Landry (sociologie).

«Il y a beaucoup de choses qui se disent sur le sujet et, on le sait, ça part dans toutes les directions. On avait donc peut-être besoin de prendre un temps d'arrêt, un peu de recul, afin de mettre en perspective tout ça, d'en dégager les principaux enjeux et de voir plus clair», a mentionné l'animateur Christian Bouchard avant le début de la conférence.

Pour le professeur Landry, l'aspect des différents profils d'électeurs américains constituait un point important à aborder.

«C'est intéressant de savoir qui vote Trump et qui vote Clinton et quels sont les enjeux dans les différents États. Les États-Unis d'Amérique, c'est un pays composé de 50 États très distincts les uns des autres. Qu'on se retrouve en Californie, en Floride ou au Texas, les enjeux sont différents. C'est dans ce sens-là que c'est intéressant sociologiquement de voir, par exemple, si l'équipe de Clinton sera capable de faire sortir le vote des noirs et des latino-américains car ce sera déterminant pour l'issue de l'élection. Il y a donc un lien à faire avec les stratégies des deux équipes pour faire sortir le vote», a-t-il expliqué.

Francis Langlois a pour sa part abordé le sujet des impacts des différents rebondissements historiques sur le déroulement de la campagne et ceux qu'ils pourraient avoir sur le résultat du vote. À titre d'exemple, il avance qu'une campagne présidentielle Clinton-Trump aurait été complètement différente si elle avait eu lieu en 1980.

«Les 30 dernières années ont grandement changé le paysage politique américain. Il y a notamment eu des décisions de la Cour suprême qui ont modifié le déroulement des élections américaines. [...] L'appareil politique s'est polarisé de façon épouvantable, ce qui explique en grande partie pourquoi le système est complètement ''grippé'' et bloqué jusqu'à un certain point», poursuit le professeur Langlois.

D'un point de vue sociologique, Luc Blanchette s'est questionné sur le psychisme américain. Pour lui, l'électorat américain a peut-être évolué au cours des dernières années. «L'actuelle campagne électorale fait émerger un certain nombre de choses qui morcellent un peu le psychisme ou la structure de l'électorat américain», soutient-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer